Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • AR.NO SI
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

2 février 2024 5 02 /02 /février /2024 03:58

En devenant vieux, d’abord, on triche sur son âge, puis on l’assume, enfin on le revendique. Pathétique d’abord, puis résigné, on finit crétin.

Partager cet article

Repost0
1 février 2024 4 01 /02 /février /2024 03:09

Selon une étude très sérieuse (cf. Celia Klin, Computers in Human Behavior), un SMS terminé par un point semble insincère. Ponctuer, serait-ce tromper ?

Je ne sais à qui nous devons la ponctuation, mais quels génies ! Quelle sensibilité au détail et quel sens de l’allusion ; le tout avec une telle économie de moyens – sans parler de la dimension esthétique, plutôt réussie.

Alors de grâce, ne faisons pas de ce souffle un carcan, ne transformons pas ce supplément d’humeur en un code de la page. Quelques règles suffisent, pour le reste, laissons faire les usagers et souffrons une certaine licence.

Il m’arrive de mettre un point devant une conjonction de coordination et commencer une nouvelle phrase, donc, par ce qui devrait suivre. Et alors ? Je déteste les guillemets français : « beurk ! » et les remplace souvent par les guillemets anglais “so cute”. Traîtrise ? J’abuse du point de suspension qui mélange le doute… et la malice et des parenthèses qui trouent le texte (et ouvrent sur une autre histoire, comme un trou de serrure coquin). Plus quelques autres délits. Cela fait-il de moi un factieux ?

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2024 3 31 /01 /janvier /2024 03:50

Mais bon sang où ai-je mis mes oreilles ? Ah ah ! suis-je bête, elles sont sous mes branches, s’amusa Paire de lunettes.

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2024 2 30 /01 /janvier /2024 03:16

Les objets, me semble-t-il, n’ont ni âme ni neurones, ils ne pensent pas, ils ne sentent pas et n’agissent pas en secret. Je veille pourtant à m’entourer le moins possible de matière synthétique car, d’une façon que je ne saurais décrire, ces objets qui m’entourent me touchent.

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2024 1 29 /01 /janvier /2024 03:34

La fatigue est une ruse grossière de l’esprit, mais pour ne pas le vexer, car il peut encore servir, je fais mine de ne rien voir et m’économise.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2024 7 28 /01 /janvier /2024 03:48

Enfant, je détestais l’heure du coucher, pourtant, une fois au lit, je sombrais instantanément dans un sommeil profond. Maintenant que je suis vieux, j’adore aller me coucher alors même que le sommeil m’ignore une bonne partie de la nuit.

Je ne sais pas qui a la gestion de ces questions d’endormissement, mais franchement, ça laisse à désirer.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2024 6 27 /01 /janvier /2024 03:03

Hier, Jean-Luc dit Babouk et Barak dit la Barique ont fêté leur Pacs devant Vidocq déguisé en évêque. Ç’a été épique. Cardiaques et réacs, fallait s’abstenir.

Ni bonbecs ni manioc ni biftèque ni pastèque, mais de la schneck (alsacienne) et du Médoc (en réduc), plus des trucs ad hoc importés du Maroc et de la Jamaïque (et c’était pas du toc). Ils avaient invité des beaux mecs, des viocs nazebroques, une doc (spécialisée en coma éthylique) mais pas de mac ni de crack. Y’avait des Blacks et des Polaques, une Amerloque en croc top et dreadlocks, une geek gothique et un Aztèque de Pétaouchnock qui montrait ses pecs. Y’avait aussi Dominique la prof d’aérobic en cloque, Anouk et sa perruque en bolduc, Itzhak, petit-fils de Mauriac (par maman) et petit-fils de Kerouac (par tonton), Loïc, un éduc spé (enfin spé en trucs aphrodisiaques), le mec à Farouk, sympathique et plein de fric (il a fait un gros chèque mais en kopecks), Annick la maniaque et ce trouduc de Jacques (qui envoie des dick pics à toutes les chicks [sic]). Y’avait encore Isaac, laïque sauf à Pâques, Tariq (et son gonocoque choppé dans un tuk-tuk à Bangkok), le petit-neveu de Pollock qui vit d’allocs à Buc (c’est glauque !), un blanc-bec acnéique qui faisait le coq en mangeant des tucs, Malek avec son look d’archiduc, un flic de la Bac (stoïque et sans matraque) rencontré sur Facebook et venu avec Mick, un eunuque woke (le hic, c’est suite à un électrochoc : couic ! Depuis il a moins la niaque, le Mick). Y’avait aussi Kodak le Bosniaque et toute sa clique, Patrick du Mozambique (on l’appelle Trique-Papa), Éric, prof de rhétorique foutraque à la fac de Thessalonique, Cadillac, un phobique qui traque les poils blancs de son bouc et Chuck qui fait la collec de gourdes en peau de bique. Quelle bande de cinoques !

C’était dans une bicoque à Bar-le-Duc. Pas paradisiaque, pas bucolique et même craspec voire cradoque, mais on s’en ballec. On a mis un sacré souk.

Véronique voulait parler de la PAC et des BRICS, mais Zach voulait un truc plus électrique, alors Angélique a fait une démo de yoga tantrique (sans froc, sur le clic-clac), mi-lyrique, mi-lubrique et au total bien graphique.

On s’est essayés au zouk, aux chants bibliques et aux hymnes patriotiques ; au début, on avait le trac mais ça s’est fini en danse des phoques sur une zique de Bach – complètement loufoque ! Belle équipe de ploucs. Mon dieu, quelle époque ! Personne n’a le BAC et c’est des sacrés loustics, mais ils sont tous trop chics et tellement chou, conclurent Jean-Luc et Barak en croquant une part de space cake !

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2024 5 26 /01 /janvier /2024 03:27

Le mot chut ! n’est vraiment pas discret.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2024 4 25 /01 /janvier /2024 03:03

Les choses, les choses, les choses ! Bien sûr qu’elles sont irremplaçables, irréfutables, irracontables, irréductibles, indiscutables et indicibles même si vous y tenez, voire ineffables, mais enfin, il faut bien s’y résoudre, les mots toujours auront le dernier mot.

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2024 3 24 /01 /janvier /2024 03:54

Le poète abrite une absence – là s’y rencontrent en confiance des mots simples et des choses ordinaires.

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2024 2 23 /01 /janvier /2024 03:21

Un jeune écrivant, rêvant secrètement de devenir un écrivain assez célèbre : Je ne serai jamais un écrivain.

Écrivain 1, plutôt vieux mais assez célèbre : Ah ? Mais pourquoi ça ?

Le jeune écrivant, etc. : Parce que je n’ai pas de style.

Écrivain 1 : Ah ah ah ! Arghh…

Et il mourut de rire.

Écrivain 2, plutôt célèbre mais assez vieux : Jeune écrivant, il ne faut pas vous décourager. Continuez d’écrire !

Le jeune écrivant, etc. : Oui mais je n’ai pas de grandes et belles idées.

Écrivain 2 : Ah ah ah ! Arghh…

Et il mourut de rire aussi.

Le jeune écrivant, etc. : Bon, deux de moins.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2024 1 22 /01 /janvier /2024 03:47

Le veau est l’avenir de l’homme, me dit ma voisine qui n’a pas sa langue dans sa poche, puis elle ajoute à voix basse mais j’ai très bien entendu, et le porc est son passé. Un peu de considération, répondis-je, ils ne nous ont rien fait.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2024 7 21 /01 /janvier /2024 07:03

… mais le calcul assure rarement l’originalité.

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2024 6 20 /01 /janvier /2024 03:18

La spontanéité est le nom de code du conformisme.

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2024 5 19 /01 /janvier /2024 09:00

La main qui écrit ne vole rien à la bouche qui parle, elle accueille ses mots et les installe. C’est plus ou moins coquet, plus ou moins confortable. Et la bouche qui parle ne moque pas la main qui écrit, elle sort ses mots et les promène. C’est plus ou moins dépaysant, plus ou moins récréatif.

Et puis, il y a la main qui parle, ça peut être sec et cru, ça peut être délicat ou enflammé. C’est très beau une main qui parle.

(Non, les bouches n’écrivent pas. Jamais.)

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2024 4 18 /01 /janvier /2024 03:03

Ne sois pas impatient petit homme, demain arrive.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2024 3 17 /01 /janvier /2024 03:05

Là, tout de suite, allez savoir pourquoi, alors que les pales du brasseur d’air tournent lentement, je me souviens des bouillottes que mes tantes glissaient au fond de nos lits froids et humides, les soirs d’hiver. Pourquoi ce souvenir, maintenant ? Je devrais peut-être ranger un peu dans mon cerveau, mais par quoi commencer, dans quel ordre ? Peut-être faudrait-il aussi trier ou jeter ? Ou faire le ménage ? Mais vraiment faire le ménage, je veux dire nettoyer ces idées et ces souvenirs ; les passer au vinaigre blanc ou au savon de Marseille. Personne n’en parle jamais et je ne sais pas comment faire.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2024 2 16 /01 /janvier /2024 05:10

Des pluies torrentielles

Des appels inquiets

Des vents cycloniques

Des radios qui braillent

Des ciels noirs de bruit

Des enfants nerveux

Des flots déchaînés

Et dans ce vacarme épuisant, le silence des oiseaux qui se taisent et se terrent ou sont déjà partis.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2024 1 15 /01 /janvier /2024 03:00

Alors que je me promenais sur le sentier littoral en fin de journée, j’aperçus au loin un homme qui… jouait du parapluie. Je veux dire qu’il tenait son parapluie comme un saxophone et faisait mine d’en jouer. Je trouvais ça amusant mais en m’approchant, je compris qu’il ne faisait pas semblant, le malheureux, il pensait vraiment jouer. Tout à sa musique, il avait la gestuelle et les mimiques d’un saxophoniste, totalement étranger au reste du monde. C’était tout de suite moins amusant. Quelle tristesse, pensai-je, si jeune et déjà l’esprit dérangé. Alors bien sûr, il semblait inoffensif et apaisé, heureux dirais-je même. Enfin quand même, à trente ans à peine… il avait dû rester coincé dans un joli rêve et ne plus jamais revenir parmi nous. En arrivant à son niveau, je fus pris d’une envie de lui témoigner mon amitié et alors que je cherchais un mot ou un geste pour lui faire comprendre que j’étais là, malgré son absence à lui, il ne me vint rien d’autre que l’idée d’esquisser quelques pas de danse sur sa musique de parapluie. Il me sembla qu’il sourit timidement, enfin qu’il appréciait mon geste, mais il est tellement difficile de rentrer dans la tête de ces gens-là. En m’éloignant, je continuai à sautiller en rythme – ce qui ne fut pas très difficile, parce que, par une bizarrerie que je ne m’explique pas, émanaient de son parapluie de vrais sons de saxophone.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2024 7 14 /01 /janvier /2024 03:24

Concernant l’affaire Delon, je suis désolé, je n’ai aucun avis sur la question. Il faudrait pour cela que je m’informe, car j’ignore tout du dossier, mais cela ne m’intéresse pas, il y a tant de choses autrement graves à penser. En outre je manque de temps tout occupé que je suis avec l’affaire Jubillar (un nouveau témoin aurait des révélations à faire) et l’affaire Jonathan Daval (qui serait en couple avec un codétenu). À propos, si certains ont des informations récentes sur l’affaire Cauet, je suis preneur.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2024 6 13 /01 /janvier /2024 11:23

La langue, je veux dire celle de Rabelais ou Rimbaud, celle de Cervantès ou Gary, de Lao Tseu, de Beckett ou Césaire, la langue donc, est aussi l'outil efficace du grand capital et l'arme insidieuse des pires dictateurs.

C’est fascinant !

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2024 5 12 /01 /janvier /2024 03:37

J’ai bien vérifié ce soir en passant devant la boutique de ma rue : les mêmes têtes, la même Dodo à la main, les mêmes éclats de voix, la même soif, le même désœuvrement. On annonçait pourtant un remaniement, mais chacun semble avoir gardé son poste.

L'inchangement, c'est maintenant.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2024 4 11 /01 /janvier /2024 03:43

Je n’ai pas d’idées

J’en trouverai au marché

Pommes poires prunes… ? Haiku !

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2024 3 10 /01 /janvier /2024 03:41

Tiquounet n’avait plus grand espoir, il allait l’attendre encore jusqu’au matin, mais quelque chose lui disait qu’il ne reverrait plus jamais sa maman. Il avait déjà assisté à la mort de son papa quelques jours auparavant. Le sort s’acharnait sur sa famille. Pourquoi tant de haine, pensait-il doucement, n’ayant même plus la force de se révolter.

(En effet, sans connaître la vérité, bébé moustique ne revit plus jamais sa mère qui était morte d’épuisement à essayer de se sortir du piège de la moustiquaire. Quant à son père, s'il avait lentement agonisé, c'est parce qu'il avait été copieusement aspergé de N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide.)

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2024 2 09 /01 /janvier /2024 03:55

Penser par soi-même. Ben voyons ! Et pourquoi pas boire par soi-même, sans eau ni Leffe. Et puis, tant qu’on y est, respirer par soi-même, sans oxygène, sans azote et sans dioxyde de carbone !

Partager cet article

Repost0