Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

Top articles

  • Parole de doyenne

    27 octobre 2015 ( #2015 )

    Vivre éternellement ? Euh, ça dépend à quel âge.

  • Blanc sur fond noir

    25 octobre 2015 ( #2015 )

    Écrire : noircir la page blanche ou éclairer la nuit noire ?

  • 20 cm

    24 octobre 2015 ( #2015 )

    – Mikado ? – OK mais al dente alors.

  • La grammaire du temps

    23 octobre 2015 ( #2015 )

    Pas d’histoire sans histoires ; pas d’histoires sans conjonctions de subordination. L'histoire est affaire de style.

  • Adieu, fantômes !

    22 octobre 2015 ( #2015 )

    Nous autres, rockeurs timides et bruyants, fillettes blondes et vertueuses, footballeurs imberbes, sauvageonnes infatigables, imbattables joueurs de billes, savons maintenant que nous sommes mortels.

  • Haïku anatomique

    21 octobre 2015 ( #2015 )

    Nez à nez ? Dos à dos ? – Tête à queue.

  • Pourquoi tu grognes ?

    29 novembre 2013 ( #2013 )

    On malmène la langue comme un ennemi à abattre mais elle ne se battra pas et résistera peu. Elle se retirera dans le silence et les grognements.

  • L’autre frontière

    19 octobre 2015 ( #2015 )

    Le penseur fatigué s’assied au seuil de l’ombre et attend l’idée étrangère à l’accent neuf et matinal.

  • Passage à la frontière

    18 octobre 2015 ( #2015 )

    Si j’étais Lui, je déplacerais Saint Pierre. Plutôt que de surveiller la frontière post mortem, il devrait garder la frontière ante partum et n’accueillir que ceux qui sont sincèrement d’accord pour s’intégrer et partager nos valeurs.

  • Tu vas ?

    21 juillet 2010 ( #Aphorisme )

    Pars et ne pars pas. Aie le séjour vagabond et curieux.

  • Vous lisez trop

    16 octobre 2015 ( #2015 )

    La littérature se tient tout entière dans l’écriture, lire – qui n’est ni immoral, ni illégal pour autant – n’a plus rien à voir. Cela, les écrivains se gardent bien de le dire. Allez, on les comprend.

  • Le griffon, le cône et le siphon

    30 novembre 2013 ( #2013 )

    – Ce typhon énorme a une forme de griffon en haut-de-forme avec son uniforme marron foncé. – Et ton crayon, bouffon, y serait pas côniforme, tête de siphon, t’es formellement défoncé !

  • Sans trace

    13 octobre 2015 ( #2015 )

    On ne rature plus, on ne ratisse plus ; on souffle et on oublie.

  • Ça ne se passera pas comme ça

    12 octobre 2015 ( #2015 )

    La communauté internationale s’indigne : Daech aurait tiré à balles réelles, des traces de poudre ont été retrouvées et des coups de fusil ont été entendus.

  • Sache bien

    11 octobre 2015 ( #2015 )

    Savoir, c’est souvent maîtriser mais ignorer, c’est aussi mépriser.

  • Du jouir, suite

    10 octobre 2015 ( #2015 )

    Le mot ou la chose, l’éternel débat. Mais le mot sans la chose est sot et ensommeille quand la chose sans le mot est morose et déçoit.

  • Les mots du jouir

    09 octobre 2015 ( #2015 )

    Le cœur ou le cerveau peut-être, les glandes et le gland sans doute, mais c’est la langue surtout l’organe des sentiments.

  • Tous ensemble

    08 octobre 2015 ( #2015 )

    – On est toujours seul... du début à la fin... Quoi ? – Euh, non, je n’ai rien dit.

  • Où va-t-on ?

    15 août 2021 ( #2021 )

    La signalisation claire et précise, la géolocalisation de plus en plus fine, les marquages et repères omniprésents masquent plutôt bien notre totale déroute.

  • Bonjour

    06 octobre 2015 ( #2015 )

    Un des rares avantages des supermarchés sur les sentiers de randonnée c’est que l’on ne s’y sent pas obligé, à en perdre le souffle, de saluer tous ceux que l’on croise.

  • Les mots

    05 octobre 2015 ( #2015 )

    Les mots figent les pensées, bien sûr, et durcissent les sentiments qui ne sont que des ombres molles et fugaces.

  • La différence

    04 octobre 2015 ( #2015 )

    Le désir de se distinguer est très largement partagé.

  • 1, 2, 3

    03 octobre 2015 ( #2015 )

    L’angoisse du bipolaire, c’est quand vient la série des valses. (Le slow à trois – plus rarement dansé il est vrai – le terrifie tout autant).

  • Ouat ?

    02 octobre 2015 ( #2015 )

    On dis pas kwa, on dis koman.

  • À peine encrée

    02 juillet 2018 ( #2018 )

    Dans le silence sans manque De l’aube à peine encrée Montent le mensonge du monde Et les signes d’une lumière pleine