Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

Top articles

  • Sagalactique

    17 décembre 2015 ( #2015 )

    Star Wars. Comment ça 7ème épisode ? Quelque chose m’aurait échappé ?

  • Comment lis-tu ?

    16 décembre 2015 ( #2015 )

    J’aime les livres corsés et à infusion lente. Je les consomme très serrés et jamais avant de me coucher.

  • Présent

    11 décembre 2015 ( #2015 )

    Ce n’est pas parce que leur passé m’ennuie que leur futur m’amuse. J’aime ceux qui sont doués pour la présence.

  • Âges

    15 décembre 2015 ( #2015 )

    On est jeune tant qu’on l’ignore ; on est vieux dès qu’on s’y résout.

  • Oui mais où ?

    03 juillet 2018 ( #2018 )

    Là où l’attente sait vouloir, là où le geste veut patienter, se tenir.

  • Euh...

    13 décembre 2015 ( #2015 )

    Écrire vite Et se taire Lentement

  • Bas débats

    12 décembre 2015 ( #2015 )

    Le conflit, souvent, rend les animaux inventifs et beaux : le poil se dresse, le croc s’expose, l’œil s’irise. Chez l’homme, c’est l’inverse. Dans le débat, il exhibe sans complexe ce qu’il a de plus vil, de plus bas, de plus laid.

  • Ça chauffe !

    10 décembre 2015 ( #2015 )

    La température monte, c’est incontestable, mais est-ce dû au réchauffement climatique, à l’animosité des débats ou au déséquilibre hormonal d’une humanité vieillissante et frileuse.

  • Liberté d’entreprendre

    09 décembre 2015 ( #2015 )

    Ils commencent à sérieusement m’agacer, s’ils continuent à déconner comme ça je reprends la main et prédestine tout le monde, s’énerva Dieu.

  • L'affront national

    08 décembre 2015 ( #2015 )

    Des bleus au front ? des idées noires ? Renoncez à barricader vos rives et bariolez vos rêves.

  • Au loin

    07 décembre 2015 ( #2015 )

    Mal de dos ? maux de têtes ? Cessez de loucher dans l’assiette de votre voisin et saluez l’horizon.

  • Vita brevis

    06 décembre 2015 ( #2015 )

    C’était mieux avant, tu te souviens, le soleil était plus bas et les hommes sentaient moins fort, dit une éphémère à son vieux mâle fidèle.

  • Enflure

    05 décembre 2015 ( #2015 )

    Des ballonnements ? des flatulences ? Évitez le ressentiment et chantez plus souvent.

  • Haut/bas

    04 décembre 2015 ( #2015 )

    L’humain, cet humus des rêves les plus aériens.

  • Wilderness

    03 décembre 2015 ( #2015 )

    Préserve un peu de sauvagerie en toi – comme un petit parc naturel intérieur.

  • Hou hou !

    29 novembre 2015 ( #2015 )

    Et qui pour rassurer le loup des steppes sujet aux terreurs nocturnes ?

  • Force 8

    02 décembre 2015 ( #2015 )

    Et qui pour rassurer l’océan en pleine tempête qui ne demande qu’à amuser les baigneurs et taquiner les pêcheurs ?

  • Lumière nocturne

    01 décembre 2015 ( #2015 )

    La nuit n’abolit rien, elle révèle l’intime et le lointain.

  • Léon !

    30 novembre 2015 ( #2015 )

    Et qui pour rassurer le paon introverti et pataud ?

  • Quelle pomme !

    28 novembre 2015 ( #2015 )

    Seul un abruti fini détruit son propre habitat. (Je parle du carpocapse, également nommé ver de la pomme).

  • Ça va ?

    27 novembre 2015 ( #2015 )

    Prendre soin pour n’avoir pas à soigner.

  • Trop bête

    26 novembre 2015 ( #2015 )

    Il faut appeler un porc un porc, raillait le chat.

  • Sincèrement canin

    25 novembre 2015 ( #2015 )

    Ce que j’aime chez le chien de ma voisine, c’est qu’il ne dissimule jamais ni ses haines ni ses sympathies et exhibe toujours, avec le même éclat, soit ses canines blanches soit son pénis rouge.

  • Naturellement

    24 novembre 2015 ( #2015 )

    La nature n’enseigne rien, nous avons pourtant beaucoup à apprendre d’elle : la beauté du divers par exemple, ou la poésie du silence.

  • Je le peux

    23 novembre 2015 ( #2015 )

    On en vient souvent à regretter la disparition du pire des dictateurs. Non parce qu’on lui reconnaîtrait a posteriori de secrètes vertus mais parce que l’on doit subir le zèle nauséabond de néo-petits chefs excités par le pouvoir.