Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO SABATIER
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

9 janvier 2021 6 09 /01 /janvier /2021 17:32

La bêtise, c’est la hantise de l’autre.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 12:43

Je ne suis pas sûr que tout ce qui le méritait a survécu à l’oubli, mais il est semble bien que tout ce qui survit le mérite. Je pense à la littérature.

Le temps est un bon critique.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 21:23

Lucette Jeanjean a toujours détesté son patronyme qu’elle juge ridicule. Quant à son prénom, un peu désuet certes, elle a fini par s’y faire, mais tout de même, elle aurait préféré s’appeler Caroline ou Marie-Claire. Mademoiselle Jeanjean habite à Paris, dans le 18ème, au 21 bis rue Neuve de la Chardonnière. Vous l’aurez compris, Lucette, à bientôt 87 ans, est toujours célibataire. Quoiqu’elle n’attende ni n’espère rien, tout peut arriver, répète-t-elle, aussi se tient-elle toujours prête. Prête à quoi ? Mais à l’inattendu, précisément, à l’imprévisible. Le prince charmant – peut-être, on ne peut pas savoir puisque l’imprévisible n’est pas prévisible – ; la mort, bien sûr, elle arrivera certainement et très probablement bientôt ; sa jeune sœur, perdue de vue il y a 75 ans ; le facteur qui lui apporterait une carte postale avec un joli timbre (mais elle ne recevait jamais de courrier, à part de la publicité et son abonnement à Point de vue. Images du monde).

Comme souvent à cet âge, sa vie est précisément ritualisée. Elle se lève toujours un peu avant 7 heures (parfois moins dix, parfois moins le quart). Sans avoir l’usage d’un réveil, ses yeux s’ouvrent d’eux-mêmes, toujours à la même heure, qu’il pleuve ou qu’il vente. Il lui arrive de décaler de trente minutes le lever, les dimanches d’hiver, quand la rue est froide et silencieuse. Elle continue par son petit-déjeuner, toujours le même depuis des décennies : une biscotte sans sel et un bol de thé. Vient alors le moment de la toilette ; il est à peu près 7h30.

Alors commence véritablement une nouvelle journée.

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 20:41

La colère suppose souvent une difficulté à percevoir l’inimportance de ce qui nous arrive.

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 13:54

Je n’ai aucune nouvelle de la doyenne. Ça ne m’étonnerait pas qu’elle soit partie faire du ski en Suisse !

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 06:02

On pense le gris comme un mélange de blanc et de noir alors que c'est le blanc et le noir qui sont des nuances de gris (parmi cinquante autres ou plus).

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 06:35

À celui qui s’en va paître, c’est la paix jusqu’au printemps
À celle qui prête ses perles, c’est l’été dès maintenant
À celui qui se rappelle, c’est la marelle du temps
À celle qui épelle le ciel, c’est la pastourelle au vent
Mais c’est perpète pour qui perpètre.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 07:48

– Dis donc Poule, le panda et le pangolin, c’est la même famille non ?

– N’importe quoi, expliqua Panda. Nous, on a des poils, le pangolin, des écailles. Et la chauve-souris, au cas où ça vous intéresserait, est un animal nocturne volant.

– Ça va, on plaisante, répliqua Œuf, allez, viens jouer avec nous au docteur et au covidé.

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 07:54

Éduquer, ce n’est pas apprendre comment l’on doit être, c’est montrer comment l’on pourrait faire.

La littérature fait cela très bien.

Partager cet article

Repost0