Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 17:56

– Alors vraiment, je tenais à vous féliciter, ce blog littéraire est de très haute tenue.

– Ah ? Merc…

– Bon. Deux ou trois petites choses pour commencer puisqu’on est là pour avancer. Il me semble que vous pourriez songer à raccourcir un peu certaines de vos phrases.

– Mes phrases sont tro…

– C’est facile, tu n’as qu’à (on se tutoie, hein ? ça va être plus simple) donc tu supprimes les points-virgules et tu mets un point à la place. Oui, fais simple. Arrête avec les tirets, les parenthèses (heu… les parenthèses, là, tu as un vrai problème avec). Tu verras tes phrases deviendront naturellement courtes.

– Pour les parenthèses, oui, c’est v…

– Alors, ce sont des beaux textes, vraiment, mais il faut absolument que tu voies avec les adjectifs. En fait arrête aussi avec les adjectifs. Qu’est-ce que tu as avec les adjectifs ? C’est pas un concours, la littérature. Je veux dire la grande littérature. Il ne s’agit pas de placer le plus grand nombre d’adjectifs pour gagner.

– En effet. Non, ce n’est pas un con…

– Non sincèrement, c’est bien ce que tu fais. Donc pas d’adjectifs. Les adverbes, tu peux. Ça rythme bien et ça fait sens. Parce que, on est d’accord, tu souhaites être lu, n’est-ce pas ?

– Être lu oui et…

– Ah, encore un truc. Tes personnages. Alors ils sont attachants, enfin, j’imagine. Mais là, il y a un vrai sujet. Je ne veux pas faire de la psychanalyse de bistrot, mais pourquoi il y en a autant, tu te sens seul dans ta vie ? Arrrête avec toute cette foule, on les confond tous. Et puis surtout, surtout. Là j’insiste, parce qu’on atteint des sommets ! Donne-leur des vrais noms. Des noms de vraies gens. Oublie Lucette Jeanjean, Ernest Pinard, et l’autre là, avec sa mobylette en panne, c’était comment ?

– Marcellin Labrous…

– Ah oui. Marcellin. Non mais tu en connais beaucoup, toi des Marcellin Labrosse.

– Non, Labrouss…

– Bon, c’est intéressant ce que tu fais, mais le problème c’est que tu n’as pas compris ce que c’est que la littérature. Heureusement, je suis là. Ce que tu dois savoir d’abord c’est que tout part du désir.

– Le désir ?

– Oui, tes lecteurs doivent te désirer, toi, ton écriture, tes personnages. Justement, c’est bien ce que tu écris, c’est courageux, mais ça fait fuir tout le monde. Parce que ?

– Parce que ?

– Parce que tu ne crées pas de désir. Il ne se passe jamais rien dans tes œuvres. Enfin je dis œuvres, pour faire court, tu comprends. C’est l’événement qui suscite le désir. Bon voilà pour aujourd’hui. Prochaine fois, on parlera du timing de l’événement. Parce que là aussi, il y a du boulot.

– Ben, merci alors.

Partager cet article

Repost0

commentaires