Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO SABATIER
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 02:00

Une vieille dame est morte ce matin, au fond de la ruelle du Lendemain. Le dernier à l’avoir vue − qui a souhaité rester anonyme − rapporte qu’elle se tenait debout, les yeux fermés, face contre le haut mur gris de l’atelier, au n°17. Juste avant qu’elle ne s’effondre, il l’a entendue dire − enfin, c’est ce qu’il lui a semblé − quelque chose comme « … cent dix-huit six cent trente-sept millions deux cent cinquante-huit mille quatre cent dix-n… ».

Le père Lucien − qui n’a pas souhaité rester anonyme − a dit à la police − mais faut-il le croire ? − qu’elle était là depuis le 15 août 1946 (ou peut-être était-ce le 16 ? en tout cas c’était un jeudi), qu’elle s’appelait Denise Lemercier, qu’elle comptait parce qu’elle jouait à cache-cache avec lui, qu’elle attendait qu’il crie « ça y est ! » » pour aller le chercher, qu’il n’avait pas dit « ca y est ! » pour être tranquille, qu’il avait mangé les deux goûters, qu’il avait ensuite voyagé, qu’il s’était marié deux fois, qu’il n’aurait pas dû, qu’il regrettait, qu’il venait se livrer aux forces de l’ordre, qu’il voulait être jugé.

Je rapporte cela fidèlement, mais je ne vous cache pas qu’elle me semble peu probable la version du père Lucien.

Partager cet article

Repost0

commentaires

E
uit six cent trente-sept millions deux cent cinquante-huit mille quatre cent dix-n… ».
Le père Lucien − qui n’a pas souhaité rester anonyme
Répondre
N
S'il était plus fin, le commissaire interrogerait le narrateur qui semble en savoir plus qu'il ne le dit.
Mais il dépend du narrateur que le commissaire ne soit pas plus fin.
Petite revanche de la littérature sur le réel.
Répondre
R
La mère Denise commença à compter un 15 ou 16, elle meurt devant le n°17 et ses derniers mots sont dix-n... soit 19. Il manque donc 18 dans cette série fatale. Si j'étais le commissaire, je
chercherais de ce côté.
Répondre
L
En effet tout cela semble bien énigmatique...
Répondre
A
Scoop. La police a retrouvé dans la poche de Denise son goûter. Le père Lucien aurait donc menti sur ce point au moins. Mais pourquoi ? Le commissaire Jacquard (chargé de l'affaire) trouve suspect
aussi qu'une petite fille sache compter jusqu'à 637 millions : donc, il a mis en garde-à-vue le témoin qui a souhaité rester anonyme. On suit l'enquête...
Répondre
L
Je ne veux pas savoir pourquoi mais quelque chose me pousse à croire à la version de Lucien.
Répondre
V
Très jolie histoire !
Répondre