Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 02:57

« Elle commença à branler son jeune camarade qui ferma les yeux, sans doute avait-il dans la tête des images qu’il préférait à ce qu’il voyait dans l’atelier. Sans interrompre son prudent mouvement de poignet, Yvonne jeta à nouveau un coup d’œil dans la fente, par acquit de conscience : Andrée était cette fois à quatre pattes, "sans mentir, ses seins touchent le sol" ; à genoux, Gustave s’affairait derrière elle, essayant d’attraper au passage une mamelle qui bougeait de partout, comme au jeu du foulard rouge. "Et qu’est-ce que j’gagne si j’l’attrape ?" "Un deuxième tour gratis." Ils pouffèrent de rire comme deux gamins malicieux. Puis Gustave se remit à l’ouvrage. ‟Quand même, il lui rentre dedans un peu fort”, il ahanait bruyamment comme les bûcherons de Champagnole quand ils coupent le bois. »

« Yvonne laissa sa fente et revint au sexe de Charles-Marie ; elle mit ses deux mains, c’était vraiment trop gros pour sa bouche et elle renonça définitivement à l’y enfourner, elle se contenta de lécher le gland du bout de la langue ; avec mille précautions elle saisit la bourse, elle était toute petite et tenait bien dans le creux de sa main gauche. De sa main droite elle alla caresser le ventre sans poils du jeune garçon, elle fit le tour jusqu’aux fesses et glissa un doigt dans la raie. Mon Dieu ! Que de choses à toucher ! Que de merveilles à admirer ! Que de lieux à visiter ! Elle aimait tout, partout. »

« De l’autre côté de la porte, ça s’agitait toujours autant, on entendait Andrée gémir comme une oie, Gustave haleter comme un cochon et les corps se cogner violemment l’un contre l’autre. Yvonne se redressa et embrassa Charles-Marie en allant chercher sa langue, comme faisaient les deux hommes sur la photo. C’était son premier baiser. Elle dégusta ça avec délice ! Alors, elle enleva sa culotte et tira Charles-Marie vers l’escalier, elle s’adossa à la troisième marche, posa le pied gauche sur la deuxième et le serra contre elle puis elle guida lentement son sexe dans le sien. "Vas-y tout doucement, rentre juste le bout." »

« Yvonne n’avait aucune idée de la taille de son propre sexe mais elle se doutait bien qu’il devait être plus petit encore que sa bouche, Charles-Marie ne pourrait donc pas rentrer complètement. Elle souleva bien sa jupe pour tout voir : il y avait sa jolie toison dorée qui prenait magnifiquement le seul rai de lumière dans ce coin sombre et rayonnait comme un champ de boutons d’or, il y avait aussi la queue du garçon, si droite et si longue dont une partie importante restait encore dehors, bien visible. Elle sentait la chaleur monter et sa poitrine se mit à durcir, elle ouvrit son chemisier libérant ses deux belles moitiés de reinettes, c’est à ça qu’elle pensait, en tous les cas, pas à des panses de bœuf. Comme pour avoir son avis, elle regarda Charles-Marie interrogative, il lui sourit ; il aimait bien ses reinettes. »

« Tout en la pénétrant doucement et prudemment, il lui caressa les seins ; de son index, il fit le tour du téton, à peine dessiné qui pointait un peu. Mais Yvonne préférait ce qu’il se passait en bas, avec sa main droite, elle prit le sexe du garçon et le fit accélérer un peu, avec son autre main elle attrapa sa bourse qui avait encore diminué, Charles-Marie râlait doucement, il semblait tout apprécier lui aussi, même s’il faisait la grimace. Elle remonta sa main sur son ventre, se palpa les seins qui étaient tout doux mais fermes en même temps puis, elle redescendit vers son propre sexe, elle y mit un doigt, juste au bord parce qu’il n’y avait déjà plus de place, pour accompagner Charles-Marie, elle fut prise alors de spasmes incontrôlables. Le garçon s’inquiéta et se figea, "oh ? ça va pas ?" "si, si, très bien, pitié t’arrête pas, continue, rentre un peu plus, ta queue connaît bien chez moi maintenant." »

 

Partager cet article

Repost0

commentaires