Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO SABATIER
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

  • Ça m’intéresse (pas) (19/03/2022)
    Les bulletins météo résistent encore, mais à part ça, plus rien ne semble nous intéresser hormis la guerre en Ukraine. Le Covid, le foot, la naissance d’un panda, rien. Même les résultats du loto sont boudés.
  • Après Auschwitz (18/03/2022)
    Écrire un poème après Auschwitz est barbare, disait le philosophe Adorno. Il avait raison, et pourtant, contre cette raison, il faut continuer à écrire de la poésie, malgré la folie Poutine, il faut continuer même à être léger, drôle, absurde, continuer...
  • La sale guerre (17/03/2022)
    Je ne suis pas sûr que l’argument porte, mais je pense que ce n’est vraiment pas écologique une guerre.
  • Euh... (16/03/2022)
    Troublante époque. On en viendrait presque à aimer McDonald’s, Amazon et Shell.
  • Sourire (15/03/2022)
    On tombe le masque donc. Zut, il va falloir recommencer à sourire et à saluer.
  • Miaou (14/03/2022)
    Sans le demander, sans rien imposer, les chiens et les chats ont lentement mais sûrement pris le pouvoir et asservi les hommes.
  • Homo (13/03/2022)
    L'homme, excessif par défaut.
  • Eureka ! (12/03/2022)
    Il y a ceux qui utilisent un filet à papillons et les attrapent déjà élaborées, ceux qui les sculptent ou les modèlent à partir d’un bloc de marbre ou de glaise informe, il y a ceux qui raboutent des chutes trouvées ici ou là et en font un tapis mendiant,...
  • Le sommeil (11/03/2022)
    Le sommeil n’efface rien, mais il donne la force de réécrire.
  • Futur (10/03/2022)
    Dans ce monde en crise, une chose est rassurante : l’avenir garde encore une part d’imprévisibilité.
  • Adieu fils (09/03/2022)
    – Il est vraiment temps qu’il vole de ses propres ailes et construise son nid. – Mais il est encore si petit, il peut encore rester. – Quelque chose me dit que tu vas encore avoir raison, dit monsieur Boomerang à sa femme en lançant loin leur enfant.
  • Je supplie votre pardon ? (08/03/2022)
    C’est un fouinard futile et tourmenté, le lecteur d’aphorismes.
  • Faux lyrisme (07/03/2022)
    C’est un imposteur prétentieux et paresseux, le faiseur d’aphorismes.
  • Oh là là (06/03/2022)
    – Allo Alain, c’est Lola. As-tu lu la lente dégringolade de la Lune de Luc Laval ? C’est long et sale. – Salut Lola, oui, je l’ai lu, l’alibi anal est nul, mais l’analyse du déclin des câlins est limpide.
  • Trop difficile (05/03/2022)
    C’est facile la littérature, dit-on, on peut écrire n’importe quoi. Au contraire, c’est là sa plus grande difficulté.
  • Ça dépend (04/03/2022)
    Autre dégât collatéral de cette guerre immonde : le relativisme, provisoirement intenable.
  • La paix ! (03/03/2022)
    Pour la paix, c’est comme pour le tango, il faut être deux. Pour la guerre, un seul suffit.
  • Homo sapiens ? (02/03/2022)
    L’homme est un chaos dérisoire.
  • Ça passe trop vite… (01/03/2022)
    Je me demande combien de temps dure la carrière d’un mannequin chez les Éphémères.