Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 06:29
Inventer ce qui fut ; être fidèle à ce qui vient.

Partager cet article

4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 06:17

La mer, comme un visage.
Elle peut tous les secrets, toutes les colères, tous les sourires.

Partager cet article

3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 06:03

L’aphorisme allusif n’est pas toujours ce que l’on croit : il peut être le refuge habile de l’ignorance ou le masque suffisant de l’arrogance, il peut aussi témoigner du souci courtois de ne pas importuner, il peut même provoquer le frisson séminal de l’inquiétude métaphysique - mais c'est plus rare.

 

Partager cet article

2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 06:02

Rouge excès ; bleu mineur ; jaune majuscule. Le reste n’est que littérature.

Partager cet article

1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 06:06
Les hommes sont exactement comme les femmes, m'explique sans traîner T. : ils ne couchent jamais sans aimer. Le malentendu tenace et injuste qui affirme le contraire vient de ce que l’on n’a pas assez considéré qu’ils sont beaucoup moins lents à aimer.

Partager cet article

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 06:36

Mardi au théâtre Gr. c’était danse contemporaine, "soirée découverte" disait généreusement et plein d'optimisme le programme.
À ma droite : « ça sent drôle non ? ! » ; à ma gauche, « elle a de grosses cuisses pour une danseuse » ; juste derrière, « j’espère qu’on n’aura pas de PV... », et encore, « t’aurais dû prendre un deuxième programme, c’est gratuit »...
La qualité des dialogues s’est probablement altérée au fil de la soirée ; je ne saurais le dire car rapidement je me suis délicieusement endormi.

Partager cet article

29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 06:07

Hier soir, superbe vernissage de l’exposition magnifique de l’artiste très connu D. à la galerie de l’incontournable T.
- M. (à T. l’incontournable) : du génie, peut-être, du talent assurément, quelle maîtrise dans l’érotique dialectique des couleurs ! et quelle originalité dans ce télescopage exotique de saveurs ! ah ! ces asperges naines ceintes d’une voilette de gingembre confit, lascivement abandonnées sur un toast ocré…! donne-moi vite le nom de ton traiteur.

Partager cet article

28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 06:01

Conseil de lecture.

Vous avez un sens de l’humour calibré, un souci légitime de rentabiliser vos lectures et votre temps est compté, alors évitez les titres, ignorez les aphorismes et contentez-vous de lire les dates.
Mais triez, toutes ne sont pas aussi drôles.

Partager cet article

27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 06:54

Nan (sobre quoique péremptoire) : un aphorisme doit être résistant et hermétique.
Louis-Gonzague (à la pertinence familiale et la culture domestique) : comme un bon tupperware.
Nan (à l'humour cosmopolite et clément) : en effet, tu peux d'ailleurs essayer les "réunions-aphorismes".

PS : (parce qu’il ne suffit pas d’être très drôle, mais qu’il faut aussi être précis) alors que, récemment, je naviguai gaiement sur www.Tupperware.fr, « l’univers du possible », je découvris, stupéfait, qu’on ne disait plus « réunion-tupperware » mais « atelier savoir-faire ». Je tenais à partager mon émotion.

Partager cet article

26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 06:57

Il faut se résoudre à décevoir de temps à autre. La perfection, c’est un peu comme les dimanches après-midi : on ne saurait y séjourner durablement sans d’irréversibles séquelles.

Partager cet article

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 06:49

Hier au parc, promenant Jean-Luc, mon gentil chien, je croisai une très très jolie maman, fraîche et joyeuse, vive et généreuse, qui sortait son garçon. Contemplant cette créature, libre comme un départ en vacances, je fus saisi alors, à mon corps sincèrement défendant, d’une envie violente, subite et inavouable, un désir condamnable : redevenir un petit garçon, ingrat et insouciant, sourd à la misère humaine et ignorant tout du second principe de la thermodynamique.

Partager cet article

24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 07:35
Animal politique, animal religieux, animal métaphysique... ?  Il y a de quoi hésiter quand on cherche à définir l'homme.
Selon une étude récente de l'AISA (Agence Internationale de Sitométrie analytique), les sites les plus fréquentés sont , d'abord et loin devant, les sites pornographiques, puis les jeux à gratter, un peu derrière viennent le foot et la météo.

Partager cet article

23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 06:32
Comme Diogène faisait l'aumône à des statues pour s'habituer à ne rien recevoir, on devrait interroger plus souvent les fers à repasser pour s'habituer à ne pas être écouté.

Partager cet article

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 06:26
Être optimisme serait indécent ; être pessimiste, indigne.

Partager cet article

21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 07:32
Pour le premier degré, votre cerveau reptilien fera l'affaire. Pour le deuxième degré, un peu de culture s'imposera. Pour le troisième degré, la Biafine même ne suffira plus.

Partager cet article

20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 07:39
De mauvaises langues font circuler un ragot minable selon lequel le très grand Bergson - philosophe de l'élan et de l'intuition - réclamait toujours dans ses chambres d'hôtel, un supplément dame.

Partager cet article

19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 08:06
Les haïkus sont écrits par des paresseux, superficiels et manipulateurs ; ils sont lus par des fats, incultes et pressés. Cuisine rapide, digestion rapide. Seul avantage : les déchets sont peu encombrants.

Partager cet article

18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 07:31
Affirmer et comprendre la vanité des choses attestent soit une grande fatigue soit une belle sagesse. Rien ne ressemble plus au contentement épanoui de la félicité que l'usure résignée de l'impuissance.

Partager cet article

17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 06:26
Le cynisme, le plus souvent, a quelque chose de grinçant, rouillé, fin-de-vie. Parfois, rarement, il a l'élégance souriante d'une naissance.

Partager cet article

16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:25
Mourir c'est cesser de naître.

Partager cet article

15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 08:36
- Marcel P.  (conscient de son talent, mais craignant l'arrivée du printemps et se languissant de sa maman) : Imagine que j'écrive, plus encore qu'un "livre sur rien", un long texte blanc sur page blanche. Ce serait un scandale !
- Kasimir M. (à l'angoisse hyperbolique et la lucidité géométrique) : En plus, tu ne serais même pas lu !
- Ensemble (dans un soupir intimement simultané) : Le public ne nous mérite pas.

Partager cet article

14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 08:22
- Eux (insensibles à la force secrète du tout-petit et aveugles à l'ampleur inassignable du presque-rien) : un peu court vot' truc...
- Moi (illuminé par une sérénité mature discrètement patinée d'un élégant agacement) : certes, et néanmoins surdimmentionné au regard de votre néant de commentaire.

Partager cet article

13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 07:19
- Qu'est-ce que tu veux dire ?
- Je veux dire.

Partager cet article

12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 06:44
Ah l'amour, l'amour ! C'est si beau, c'est si doux, et puis ça occupe les jeunes filles et les vieux poètes pendant que les autres regardent le foot sur leur écran de vision à distance.

Partager cet article

11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 09:40
Totalement absurde, absolument vain, parfaitement inutile mais tellement chocolaté.

Partager cet article