Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°32 E 21°08 S.

Un Reste À Retrouver

20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 02:19

Figurez-vous qu’hier soir, alors que je relisais le paragraphe 82 de Sein und Zeit (j’aime vérifier régulièrement que le temps n’érode pas mon incompréhension totale de certains grands textes), fit soudain irruption dans mon esprit, sans que je m’en explique encore la raison, le mot écouvillon.

Écouvillon, répétai-je à voix haute. Je pensai alors, le mot tombe lentement en désuétude pour être remplacé par goupillon, notamment par les jeunes parents (- chéri, as-tu vu le goupillon ? – oui mon cœur, je l’ai mis dans le lave-vaisselle, il sentait trop fort), je décidai donc de lui consacrer quelques lignes, écouvillon, pour le donner à voir et à entendre un peu encore. Non qu’il soit particulièrement beau ou sonore (il y a dans l’écouvillon des écrouelles, du vil et du couillon), mais enfin tout de même, les mots sont irremplaçables, et un de moins, c’est un bout de monde qui disparaît.

Bien sûr, certains diront, oui mais alors pourquoi deux mots pour une seule chose. Certes, et pourquoi trente noms pour une lessive ?

Partager cet article

19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 02:53

La littérature apprend peu et ne donne aucune maîtrise ; on comprend que certains s’en détournent. D’autres la tiennent en haute estime pour ces mêmes raisons.

Partager cet article

18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 11:14

L’ombre feutre les voix.

Partager cet article

17 août 2019 6 17 /08 /août /2019 03:22

Quelle honte ! Lors d’un de ces spectacles immondes où d'anciens ministres de l’intérieur (encore dans la force de l’âge) sont livrés à la sauvagerie perverse de vaches cornues, on a vu dans le public, et au premier rang s'il vous plait, deux gros taureaux bien connus dans la région.

Partager cet article

16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 03:11

On dit qu’en vieillissant, on dort moins. Il va pourtant falloir s’habituer.

Partager cet article

15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 02:47

Pas encore certain que l’on y parvienne, mais on aura assurément battu tous les records de vitesse si l’on arrive à tout détruire.

Partager cet article

14 août 2019 3 14 /08 /août /2019 03:52

Il faut, pour parler, renoncer à téter.

Partager cet article

13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 03:20

Si tu veux durer – sans être honteux, le projet manque pourtant d’ambition – donne ce que tu n’as pas et ne donne pas ce que tu as.

Partager cet article

12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 02:48

Sommes-nous trop nombreux ; je ne sais ? Trop bavards, pour sûr !

Partager cet article

11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 03:59

– Pierre (affligé) : Dis donc, tu as vu ça ! Ils ont transformé une église en boîte de nuit. Qu’est-ce qu’on fait ?

– Dieu (cherchant la télécommande) : Ah non Pierre, on a dit qu’on ne parlait pas boulot le dimanche.

– Pierre (consterné ; in petto) : En plus, c’est toujours lui qui choisit la chaîne.

Partager cet article

10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 03:08

Il faut être habile pour écrire un roman ; il faut être intelligent pour écrire un essai. Pour écrire un poème, il faut être poète.

Partager cet article

9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 03:06

Les Martiens n’existent pas, pas plus que les Sélénites ou les Héliotes, on le sait bien. Il y a fort à parier qu’en cas contraire, ils se seraient plaints déjà du « bruit et de l’odeur » de leurs voisins terriens.

Partager cet article

8 août 2019 4 08 /08 /août /2019 03:55

Le désir creuse l’homme et le partage. Il peut le déchirer. Il peut le sublimer.

Partager cet article

7 août 2019 3 07 /08 /août /2019 03:26

– Dieu (désolé mais pertinent) : Plus personne ne s’intéresse à nous Pierre, on est bons sur le fond mais on communique mal. On n’est pas sur FB, pas sur Instagram et on n’a pas de chaîne You Tube.

– Pierre (défaitiste mais inventif) : On est complétement nuls tu veux dire. Au fait, il y a un stage de community manager à Ibiza, je pourrais peut-être y aller, un petit mois. J’en profiterais pour améliorer mon espagnol.

– Dieu (conciliant mais pas trop) : C’est une bonne idée, mais j’en ai une meilleure. Il faut qu’on fasse le buzz, genre…

– Pierre (en rajoutant, comme à son habitude) : Aïe, mais arrête, tu me fais horriblement mal !

–  Dieu (mégalo, comme à la sienne) … « énorme clash au paradis : Dieu tire les cheveux de Pierre ». Attends, tu n’imagines même pas le nombre de vues que l’on ferait.

– Pierre (dépité mais cynique) : Ouais ben ça ne s’arrange pas. On n’est plus au temps de l’ORTF et de la Piste aux étoiles. Tu es out. C’est sans doute ce que tu appelles la transcendance.

Partager cet article

6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 07:35

Savoir, c’est ne plus croire, penser, ne plus savoir et croire, ne plus penser.

Partager cet article

5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 03:32

J’apprends que pour accélérer le murissement d’un avocat, il faut le placer à côté d’une banane déjà bien mûre, et la raison de ce processus, me dit-on, est l’éthylène.

Je décide – on ne sait jamais – d’acheter des bananes vertes et de moins fréquenter les amies de ma mère.

Partager cet article

4 août 2019 7 04 /08 /août /2019 08:26

– C’est moi qui étais là av…, laissa entendre une voix juvénile étouffée dans l’œuf.

Partager cet article

3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 03:16

– J’étais là avant, dit la poule, moins parce qu’elle craignait qu’un regressus ad infinitum mette en péril les fondements de la logique que parce qu’elle commençait à perdre la mémoire sur ses vieux jours.

Partager cet article

2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 03:15

Huit milliards d’êtres humains, c’est beaucoup ; sans compter les centaines de milliards d’animaux (combien de vers de terre…) et de végétaux (… et combien de brins d'herbe !), c’est colossal.

Certes, mais au regard du vide infini qui nous entoure c’est peu, presque rien. La vie est rare.

Partager cet article

1 août 2019 4 01 /08 /août /2019 03:12

L’idée est fascinante. Se pourrait-il que, sur l’essentiel, nous nous soyons trompés jusqu’à aujourd’hui ? Se pourrait-il, le projet est grisant, qu’il nous faille tout reprendre à zéro, notre commerce avec les animaux, notre rapport au monde, notre façon d’être ensemble ?

Partager cet article

31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 03:37

Il y a ceux qui aiment les récits de voyage et ceux qui préfèrent voyager ; il y a ceux qui aiment les romans d’amour et ceux qui préfèrent lécher, caresser, embrasser, câliner, pénétrer.

Et puis, c’est triste, il y a ceux qui ne lisent pas, ne partent pas en vacances et se satisfont seuls.

Partager cet article

30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 03:32

La mode est à l’introspection, à la méditation et au développement personnel. Est-ce le signe d’un élan spirituel, est-ce le symptôme d’une fatigue du monde ?

Partager cet article

29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 03:20

J’aurais aimé être parfumeur, magicien ou cascadeur ; je n’aurais pas aimé être pompiste blond, routier ou vendeur de roses à la sauvette bangladeshi sur les grands boulevards le samedi soir après 23 heures. J’aurais aimé être écrivain lu et admiré ou navigateur au regard sombre ou professeur de yoga des îles ; je n’aurais pas aimé être maçon allergique, gynécologue ou spéléologue. J’aurais aimé être saxophoniste quadragénaire ou aiguilleur du ciel ; je n’aurais pas aimé être arrière droit professionnel, charcutier ou ministre des finances cycliste amateur. J’aurais aimé être photographe urbain ou urbaniste photogénique ; je n’aurais pas aimé être archevêque, trader, dresseur de tigres du Bengale ou médecin légiste. J’aurais aimé être plombier, spécialiste en recherche de fuites ou découvreur de nouveaux spécimens d’orchidées sauvages ; je n’aurais pas aimé être fil-de-fériste nationaliste, grossiste en homéopathie ou standardiste bègue. J’aurais aimé être barman, spécialiste en cocktails psychédéliques, danseuse andalouse ou critique gastronomique chargé des desserts chocolatés pour une revue gay-friendly ; je n’aurais pas aimé être fiscaliste intermittent, médiateur neutre et bienveillant, spécialiste en conflits conjugaux ou correcteur d’annuaires. J’aurais aimé être sculpteur ambidextre ou chanteur de rue l’automne au sud de la Loire ; je n’aurais pas aimé être responsable de la branche Asie du service import du département objets divers d’une grande entreprise dont le siège social aurait été à Bâle ou à Luxembourg. J’aurais aimé être Johnny Clegg, je n’aurais pas aimé être Johnny Depp. J’aurais aimé être visiteur lent de déserts ocres ; je n’aurais pas aimé être détective privé, spécialiste en recherches généalogiques ou loueur de jet-skis sans permis dans une base nautique agrée. J’aurais aimé être rédacteur des petites annonces de Libé, je n’aurais pas aimé être Jésus, Dreyfus ou trésorier de la section locale de la CGT. J’aurais aimé être voleur d’amphores au fond des criques ou négociant (à l’international) en inventaires à la Prévert ; je n’aurais pas aimé être héros mort pour la patrie ou proxénète low cost. J’aurais aimé être traducteur officiel des œuvres complètes de Ghérasim Luca ; je n’aurais pas aimé être première dame, deuxième couteau ou troisième homme. J’aurais aimé être conseiller municipal à Beaume-les-Messieurs en charge du plan de circulation des deux roues non motorisés ; je n’aurais pas aimé être promeneur-de-chien-ramasseur-de-crottes, livreur de pizzas épaisses et moelleuses ou prince d’Andorre.

Je ne comprends pas tous ces jeunes qui ne savent ni ce qu’ils veulent faire, ni ce qu’ils ne veulent pas faire. Je n’aurais pas aimé être conseiller d’orientation.

Partager cet article

28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 08:23

C’est bien d’être pianiste, auteur de romans historiques, chorégraphe, vidéaste, céramiste ou sculpteur sur bois et on a, en France, quelques champions. C’est bien, mais c’est peu et on attend toujours notre « décartiste » qui serait médaillé dans dix arts différents.

Partager cet article

27 juillet 2019 6 27 /07 /juillet /2019 03:13

L’essentiel, c’est ce qui se dérobe et qui, ce faisant, est la condition transcendantale de l’apparaître de ce qui se maintient. Alors putain, lâche-nous la grappe trente secondes, à moi et à l’essentiel, dit Lili-Pomme, repoussant une fois encore les assauts de Louis-Aymar qui préparait avec elle l’agrégation de philosophie tout en nourrissant, en sus, quelques projets connexes.

Partager cet article