C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 02:00

L’invisible porte le visible.

Non comme une main mystérieuse, un souffle inengendré ou une tendresse infinie mais comme le verso porte le recto.

Partager cet article

23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 02:53

Tôt ce matin, et je ne m’explique pas ce curieux phénomène, mon poisson rouge (je ne lui ai pas donné de nom, on me le reproche souvent − « tu ne l’aimes pas ton poisson rouge, ça se voit bien, autrement il aurait un nom !? » −, on voit surtout que ce n’est pas eux qui changent son eau, à mon poisson, tous les mois…) mon poisson rouge donc, s’est mis à changer de sens de rotation. Incrédule, je l’ai fait vérifier par ma mère qui maîtrise bien sa gauche et sa droite : « en effet, a-t-elle constaté, ton poisson rouge tourne à gauche, d’ailleurs, tu devrais lui donner un petit nom chouchou, a-t-elle ajouté, à ton poisson ».

Je ne vois vraiment pas le rapport. Cela étant, si le sept mai au matin, mon poisson rouge fait des cabrioles de dauphin, alors là promis, je le fais baptiser.

Partager cet article

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 02:55

Et veux-tu bien cesser de raboter le monde, ponce-toi plutôt l’âme, dit à peu près Descartes (3e maxime).

Partager cet article

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 02:44

Que ferais-je sans lui, roucoulait-elle tendrement, tout en imaginant la douleur du naufrage.

Que ferais-je sans ailes, roucoulait-il lucidement, tout en calculant la vitesse de la chute.

Partager cet article

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 02:00

Il n’y a bien que le progrès à progresser encore.

Partager cet article

19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 10:52

Qu’ils préfèrent, aux tripes à la mode de Caen, leurs crottes de nez composites, et les baggies destroyed aux pantalons pincés en flanelle grise, passe encore, c’est affaire de goût et ils changeront. Mais qu’ils snobent Giovanni Pico della Mirandola e Concordia et se gaussent de leurs trouvailles faites sur Wikipædia, alors là non ! Ce n’est ni grunge, ni cool, ni funky, c’est bien plutôt insane, inepte et criminel. Il faut juger et punir. Et imposer Mirandola e Concordia.

La culture généreuse et l’esprit d’ouverture doivent prévaloir.

Partager cet article

18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 02:07

Avec sa robe grenat, elle est émouvante la nostalgie, mais elle est toujours un peu bouchonnée.

Partager cet article

17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 02:53

Ils est d’un genre incertain, elles est mieux formé.

Partager cet article

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 02:49

À part EDF et le Crédit Agricole, plus personne n’envoie de lettres, se lamentait Lucienne en finissant sa tournée (chaque année plus longue, rapport à la réduction de personnel). On s’écrit plus, on se parle plus.

Remarque, c’est pas vrai de tout le monde, pensait-elle, se souvenant de Raymond rencontré l’été dernier aux Maldives, à l’hôtel Blue lagoon. Un gentil gars mais infoutu de faire du pédalo en rythme et qui l’avait saoulée pendant quinze jours à lui parler en latin du matin au soir. Heureusement qu’il allait se coucher à 20h45.

Partager cet article

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 02:58

S’il est poli, vous est singulièrement attribué. Eux est sujet à débat − parfois objet, parfois sujet − mais eux s’accorde finalement bien.

Partager cet article

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 02:05

Le niveau baisse, se lamentait le vieux professeur de latin tout en corrigeant les traductions du livre 2 du Natura rerum.

Probablement aucun rapport avec la montée des eaux, pensait-il, rêvant à Lucienne rencontrée l’été dernier aux Maldives, à l’hôtel Blue lagoon.

Partager cet article

13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 02:22

Tu n’est pas plus hors-sujet que je, mais nous est beaucoup moins indéfini qu’on.

Partager cet article

12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 02:19

Tiens l’horizon à bonne distance, il n’est pas d’ici.

Partager cet article

11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 02:41

Au commencement était la verve, bien plus tard vinrent les traductions de modes d’emploi sud-coréens.

Partager cet article

10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 02:01

Voici notre chant des possibles à nous.

Trois - quatre

Si ma tante en avait quatre, do ré do ré mi

Il aurait droit à deux places, si ré fa sol do

Si les moules avaient des dents, do ré fa do la

Les frites n’iraient plus dedans, ré fa sol si do

(Refrain)

Ah si j’avais un marteau, ah si oh oh oh

J’cognerais mon père ma mère, ah si hè hè hè

Mon frère ma sœur et ma soupe ah si hou hou hou

Alors je serais heureux, ah si euh euh euh.

Si Paris est en bouteille, do ré do ré mi

L’proctologue est surbooké, si ré fa sol do

Si l’apodose est trop naze, do ré fa do la

Doubl’ la dose sur la protase, ré fa sol si do

(Refrain (bis))

Partager cet article

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 02:37

Tu as beau lever le menton et regarder haut, tes postillons chuteront lamentablement.

 

Partager cet article

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 02:34

Le langage n’est pas une pince à choses, ni les mots des cartels dociles.

Partager cet article

7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 02:03

Demanda le maître de l’estrade : « Être ? »

Répondit le disciple du radiateur : « Absent »

Jaillit vite et visa juste : « Aïe ! ».

            (Le manque une chose, la trace une autre)

Partager cet article

6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 02:14

Dis donc, tyran têtu, tu tiens à ton statut, toi. Tu feins la foi, l’effet, ma foi, est magnifique. C’est fou, tu mords le monde et mange l’immonde, c’est fort, la foule des mâles, des pâles, des veules, des nuls, des moules. Ta moue m’amuse, ma mie, mais tes mimiques de mère-mystique me minent et m’anémient. Tes tics sadiques à l’encaustique cassent pas des briques. Tu cries, tu craques et compliques tout avec tes crasses de gosse à fric et tes crises anosognosiques.

Partager cet article

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 02:33

Et le sais-tu, toi, tout ce qu’il peut, ton sourire, quand il prend son élan et lentement s’enflamme ?

Partager cet article

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 13:53

Le pain est dur et les matins

La soupe est tiède et les idées

Qui servira le café et les corser ?

Partager cet article

3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 15:55

Et si tu te reposes, que ce soit pour préparer ton voyage vers quelque nouveau Tibet intime.

Partager cet article

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 02:11

Je sors mon carnet à spirale, mon crayon de bois, je n’ai jamais eu beaucoup de mémoire, et j’écris lentement :

« Lundi 2 avril. − Penser à noter raisons d’espérer ».

Partager cet article

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 02:29

Fut un temps où, faute de temps, on ignorait la pensée.

Elle ennuie aujourd’hui, on l’oublie, pas de temps à perdre, vite.

Viendra peut-être le temps mort, où on l’interdira, mer calme et temps clair.

Partager cet article

31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 02:44

La parole a-t-elle son mot à dire quand on parle de langue ?

Partager cet article