Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 04:09

Créer, c’est échapper au temps ; rêver, c’est le laisser s’échapper.

Partager cet article

14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 04:15

On nous rebat les oreilles avec ces histoires d’étoiles qui brillent encore de mille feux alors qu’elles sont déjà mortes parce que leur lumière continue de parcourir les milliards de kilomètres qui nous séparent d’elle. Bon, ça va, on a compris. Je voudrais, quant à moi, rendre justice à ces autres étoiles, beaucoup plus jeunes, qui, quoique déjà bien vivantes, ne brillent pas encore dans notre ciel car leur éclat ne nous est pas encore parvenu.

(Je me demande si nous ne sommes pas victimes de la même illusion quand on contemple - ça peut arriver - les bancs du Sénat.)

Partager cet article

13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 08:02

– Six jours de travail et l’éternité à la retraite : ça c’est du régime spécial.

– Justement, Dieu, tu ne voudrais pas reprendre du service, c’est très tendance l’activité des séniors, parce que ça commence à chauffer en bas.

– Impossible, depuis le temps, j’ai complètement perdu la main, je ne saurais plus faire. Les voies des humains me sont impénétrables.

Partager cet article

12 décembre 2019 4 12 /12 /décembre /2019 10:22

Rire, c’est être faible, se soumettre, laisser volontairement l’autre vous dominer et vous envahir, pour finalement s’en réjouir.

Partager cet article

11 décembre 2019 3 11 /12 /décembre /2019 12:08

Je ne peux pas écrire de roman, j’ai bien déjà quelques titres, et plus qu’il n’en faut, mais je suis nul en dédicace.

Partager cet article

10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 16:04

Et si tu préfères encore voir l’autre malheureux avec toi qu’heureux sans toi, alors fais quelque chose. Réinitialise ta carte-mère, plonge tout habillé dans ton lave-linge, je ne sais ?, fais une traversée du Kalahari sans assistance, divorce, mais fais quelque chose. Maintenant. Pour toi, pour l’autre, pour l’amour, pour la vie.

Partager cet article

9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 20:14

C’était quand même mieux avant.

Avant, quand personne encore n’avait photographié de coucher de soleil, n’avait chanté l’Ave Maria de Schubert, ou n’avait dit « mon cœur, je t’aime », quand personne encore n’avait préparé un Royal au chocolat ou vendangé un crozes-hermitage, ou écrit un petit poème en prose ; c’était quand même mieux avant quand des premières fois étaient encore possibles.

Nous arrivons tard.

Partager cet article

8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 20:55

Rentre en toi, explore ton dedans secret, jouis du chant harmonieux de ton âme, habite sereinement le plus intime de ton intimité, ouvre-toi aux profondeurs insoupçonnées du moi primal et, si tu ne trouves rien, si une odeur de moisi te saisit, alors, sors, parle et emmène ta voisine, son frère et son chat danser sous la lune aux sons brouillons de la fanfare du quartier.

Partager cet article

7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 03:13

J’aimerais bien me croiser dans la rue pour voir à quoi je ressemble du dehors. Le problème, c’est que si cela arrivait, je ne me remarquerais même pas.

Je ne suis pas mon genre.

Partager cet article

6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 03:20

En pâtissant on deviendrait pâtissier, et en massant, maçon ?

La leçon est un peu courte.

Partager cet article

5 décembre 2019 4 05 /12 /décembre /2019 11:04

Un chat jamais ne s’ennuie.

Partager cet article

4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 08:58

L’homme est mu – que dis-je ? emporté, soulevé – par deux pulsions aussi fortes l’une que l’autre. Le désir de se distinguer, d’être reconnu, voulu, attendu, d’une part et d’autre part, la haine de la distinction, du privilège, du régime de faveur.

Vouloir ardemment la différence et la combattre farouchement.

Partager cet article

3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 10:54

Imprévisible mais cohérent, obsédant, insaisissable pourtant, tenace, vorace, vicieux parfois, il sait rester fidèle à sa mission malgré les obstacles et les oppositions, le moustique.

Partager cet article

2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 03:41

Vince gara son food-truck entre le Concept Store très vintage de Lio et la boucherie Robert & fille. Il avait un afterwork avec son life coach Brad qui le suivait depuis son brown-out de 2018. Ils avaient rendez-vous pour un drink au rooftop H2O qui venait d’ouvrir dans le quartier Kpital au-dessus de la mercerie Micheline. Vince, Vincent Polu pour l’état civil, avait upgradé son salon de coiffure (« Jusqu’au bout de la mèche ») en barbershop trendy (« Vince & Pol ») en 2017. Ça n’avait pas suffi, et c’est en quête de sens qu’il avait définitivement posé ses tondeuses pour aménager le J7 de son parrain. Brad – Brandon Repiquet de son vrai nom – l’avait drivé dans son switch corporate. Au début, Vince pensait plutôt à devenir youtuber ou upstarter, mais Brad l’avait conduit à l’évidence : il devait ouvrir un food-truck végétal, local et amical. (En plus, avant d’être life coach, Brad avait été chef de rayon chez Carrefour, il avait encore des contacts et des plans discount imbattables.)

Partager cet article

1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 03:55

Répétez cinquante fois « concret, concret, concret… ». Le mot deviendra totalement abstrait.

J’adore !

Partager cet article

30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 03:52

–  Pierre : Dieu, une demande d’entretien, c’est Poule et Œuf.

– Dieu : OK mais alors fissa parce que dans dix minutes, c’est le tirage de l’Euro millions.

– P. : Dieu, tu sais bien que tu n’as pas le droit de jouer puisque tu connais les résultats à l’avance.

– D. : Oh, ça va, je n’ai le droit de rien faire. En plus, quelque fois je me trompe. Bon, fais entrer les deux.

– Œuf : Bonjour monsieur Dieu, je suis Œuf, je viens parce que je voudrais que tu expliques à Poule que j’étais là avant elle. Parce que pour faire une poule, il faut un poussin et le poussin, il vient d’où ? ben de l’œuf. Pas d’œuf, pas de poule.

– D. : Bien sûr, Œuf, tu as raison.

– Poule : Ah mais non, Dieu ! J’étais là la première parce que pour qu’il y ait un œuf, il faut qu’une poule le ponde. Pas de poule, pas d’œuf.

– D. : Ben évidemment, Poule, tu as raison.

– P. : Dis donc Dieu, tu ne peux pas leur dire à tous les deux qu’ils ont raison !

– D. : Euh, c’est vrai, ça, tu as raison, Pierre. Tiens, passe-moi la télécommande.

Partager cet article

29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 03:49

Je pense donc je suis, soit, mais penses-tu si tu suis ?

Partager cet article

28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 03:45

Ce n’est certes pas un argument définitif, mais c’est, je pense, un indice recevable.

En CM2, dans la classe de Mademoiselle Grobert, Crâne-d’œuf (Jean-Pierre Rallu de son vrai nom) était dernier tandis que Gina Mapolini, que l’on surnommait secrètement Mapoule, était première.

Partager cet article

27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 03:26

Je partage, je like et forwarde donc je suis. Alors, gare à la panne de connexion !

Partager cet article

26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 03:16

J’ai la tête pleine de répliques très fines, très belles et très drôles, malheureusement, elles ne servent jamais parce que ce n’est pas moi qui écris le texte de mes interlocuteurs.

Partager cet article

25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 03:28

Le désir est une interprétation du monde, mais un monde qui n’existe pas en version originale, curieusement.

Partager cet article

24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 03:31

Pourtant issues de classes sociales différentes, Girafe et Tortue s’étaient rendues au pique-nique organisé par l’association Tricot Thé. Le club de pétanque avait prêté du matériel pour l’occasion (il faut dire que son président, Jean-Michel Lemognon, avait travaillé 41 ans chez Leroy Merlin à Nœux-les-Mines ; il racontait d’ailleurs avoir eu une aventure fugace avec Rose Merlin, ce dont tout le monde doutait). Victoire Malèse, le cousin de Marcellin Labrousse avait été chargé d’apporter quatre cubis de Vin de France cuvée spéciale (Jean-Michel Lemognon l’avait envoyé à Cdiscount, il avait bien connu le père de Michèle Relu qui y était caissière et arrangeante ; on racontait qu’il avait bien connu aussi la mère Relu, mais ça, Jean-Michel Lemognon l’avait toujours nié).

Le problème c’était qu’à midi, Victoire n’était toujours pas là. En fin d’après-midi, les gendarmes le découvrirent en compagnie de son cousin Marcellin, tous deux ivres mort, les pieds dans l’eau du lac, la tête sur un sac Cdiscount. On chercha à joindre Mademoiselle Séraphine Déroulède, la pharmacienne (de la pharmacie Legros), afin qu’elle administre les premiers soins, mais personne ne répondit. (Séraphine était au fond de son lit, bien décidée à profiter des effets du Tramadol sans être dérangée, de toutes façons, elle ne sortait pas le weekend parce qu’elle ne buvait pas, ne jouait pas à la pétanque et ne savait pas tricoter ; sans doute aussi parce qu’elle ne s’était pas remise de son histoire d’amour tragique avec Félix Roselito ; mais ça c’est une histoire longue – et tragique, donc – qui ne tiendrait pas dans une parenthèse).

On ne retrouva jamais les cubis. Jean-Michel Lemognon accusa Marcellin Labrousse d’être le cerveau du vol, du recel et de la destruction de preuves ; l’hypothèse était plausible mais les preuves, précisément, manquèrent. (Et puis les plus anciens se souvenaient du conflit qui avait opposé Jean-Michel Lemognon à l’oncle de Marcellin à propos de la construction du terrain de pétanque).

L’affaire fut classée sans suite.

Girafe et Tortue, que n’intéressaient ni les ragots, ni le vin rouge, ne regrettèrent pas leur pique-nique. Elles eurent même l’occasion d’échanger un regard.

Partager cet article

23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 00:28

Je ne suis pas créateur, je sais et je ne veux pas faire le difficile mais quand même, je trouve qu’il aurait été plus judicieux de finir la journée par l’aube et de la commencer par le crépuscule. L’aube apaise et ramène à soi quand le crépuscule creuse le désir et la soif.

Partager cet article

22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 03:17

La chose est de peu d’intérêt, je vous l’accorde, et j’ai bien des scrupules à vous retenir pour si peu. Aussi bien, si vous n’allez pas plus avant dans la lecture de ce texte je vous comprendrai (il est probable que je ferais de même à votre place). Donc, voilà ce dont il s’agit. Je me suis aperçu plusieurs fois que je lisais anus là où anis était écrit. (Je vous avais prévenu).

Partager cet article

21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 03:37

Il n’aurait pas dû répondre, « ah oui complètement » et il n’aurait pas dû accompagner sa réponse d’un clin d’œil malicieux quand la jeune ostéopathe lui demanda « je vous fais craquer ? ».

Partager cet article