Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°32 E 21°08 S.

Un Reste À Retrouver

30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 03:52

–  Pierre : Dieu, une demande d’entretien, c’est Poule et Œuf.

– Dieu : OK mais alors fissa parce que dans dix minutes, c’est le tirage de l’Euro millions.

– P. : Dieu, tu sais bien que tu n’as pas le droit de jouer puisque tu connais les résultats à l’avance.

– D. : Oh, ça va, je n’ai le droit de rien faire. En plus, quelque fois je me trompe. Bon, fais entrer les deux.

– Œuf : Bonjour monsieur Dieu, je suis Œuf, je viens parce que je voudrais que tu expliques à Poule que j’étais là avant elle. Parce que pour faire une poule, il faut un poussin et le poussin, il vient d’où ? ben de l’œuf. Pas d’œuf, pas de poule.

– D. : Bien sûr, Œuf, tu as raison.

– Poule : Ah mais non, Dieu ! J’étais là la première parce que pour qu’il y ait un œuf, il faut qu’une poule le ponde. Pas de poule, pas d’œuf.

– D. : Ben évidemment, Poule, tu as raison.

– P. : Dis donc Dieu, tu ne peux pas leur dire à tous les deux qu’ils ont raison !

– D. : Euh, c’est vrai, ça, tu as raison, Pierre. Tiens, passe-moi la télécommande.

Partager cet article

29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 03:49

Je pense donc je suis, soit, mais penses-tu si tu suis ?

Partager cet article

28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 03:45

Ce n’est certes pas un argument définitif, mais c’est, je pense, un indice recevable.

En CM2, dans la classe de Mademoiselle Grobert, Crâne-d’œuf (Jean-Pierre Rallu de son vrai nom) était dernier tandis que Gina Mapolini, que l’on surnommait secrètement Mapoule, était première.

Partager cet article

27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 03:26

Je partage, je like et forwarde donc je suis. Alors, gare à la panne de connexion !

Partager cet article

26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 03:16

J’ai la tête pleine de répliques très fines, très belles et très drôles, malheureusement, elles ne servent jamais parce que ce n’est pas moi qui écris le texte de mes interlocuteurs.

Partager cet article

25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 03:28

Le désir est une interprétation du monde, mais un monde qui n’existe pas en version originale, curieusement.

Partager cet article

24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 03:31

Pourtant issues de classes sociales différentes, Girafe et Tortue s’étaient rendues au pique-nique organisé par l’association Tricot Thé. Le club de pétanque avait prêté du matériel pour l’occasion (il faut dire que son président, Jean-Michel Lemognon, avait travaillé 41 ans chez Leroy Merlin à Nœux-les-Mines ; il racontait d’ailleurs avoir eu une aventure fugace avec Rose Merlin, ce dont tout le monde doutait). Victoire Malèse, le cousin de Marcellin Labrousse avait été chargé d’apporter quatre cubis de Vin de France cuvée spéciale (Jean-Michel Lemognon l’avait envoyé à Cdiscount, il avait bien connu le père de Michèle Relu qui y était caissière et arrangeante ; on racontait qu’il avait bien connu aussi la mère Relu, mais ça, Jean-Michel Lemognon l’avait toujours nié).

Le problème c’était qu’à midi, Victoire n’était toujours pas là. En fin d’après-midi, les gendarmes le découvrirent en compagnie de son cousin Marcellin, tous deux ivres mort, les pieds dans l’eau du lac, la tête sur un sac Cdiscount. On chercha à joindre Mademoiselle Séraphine Déroulède, la pharmacienne (de la pharmacie Legros), afin qu’elle administre les premiers soins, mais personne ne répondit. (Séraphine était au fond de son lit, bien décidée à profiter des effets du Tramadol sans être dérangée, de toutes façons, elle ne sortait pas le weekend parce qu’elle ne buvait pas, ne jouait pas à la pétanque et ne savait pas tricoter ; sans doute aussi parce qu’elle ne s’était pas remise de son histoire d’amour tragique avec Félix Roselito ; mais ça c’est une histoire longue – et tragique, donc – qui ne tiendrait pas dans une parenthèse).

On ne retrouva jamais les cubis. Jean-Michel Lemognon accusa Marcellin Labrousse d’être le cerveau du vol, du recel et de la destruction de preuves ; l’hypothèse était plausible mais les preuves, précisément, manquèrent. (Et puis les plus anciens se souvenaient du conflit qui avait opposé Jean-Michel Lemognon à l’oncle de Marcellin à propos de la construction du terrain de pétanque).

L’affaire fut classée sans suite.

Girafe et Tortue, que n’intéressaient ni les ragots, ni le vin rouge, ne regrettèrent pas leur pique-nique. Elles eurent même l’occasion d’échanger un regard.

Partager cet article

23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 00:28

Je ne suis pas créateur, je sais et je ne veux pas faire le difficile mais quand même, je trouve qu’il aurait été plus judicieux de finir la journée par l’aube et de la commencer par le crépuscule. L’aube apaise et ramène à soi quand le crépuscule creuse le désir et la soif.

Partager cet article

22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 03:17

La chose est de peu d’intérêt, je vous l’accorde, et j’ai bien des scrupules à vous retenir pour si peu. Aussi bien, si vous n’allez pas plus avant dans la lecture de ce texte je vous comprendrai (il est probable que je ferais de même à votre place). Donc, voilà ce dont il s’agit. Je me suis aperçu plusieurs fois que je lisais anus là où anis était écrit. (Je vous avais prévenu).

Partager cet article

21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 03:37

Il n’aurait pas dû répondre, « ah oui complètement » et il n’aurait pas dû accompagner sa réponse d’un clin d’œil malicieux quand la jeune ostéopathe lui demanda « je vous fais craquer ? ».

Partager cet article

20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 03:03

La poésie est le chant du désir. Parce que le désir crie parfois, et parfois parle, mais là, il chante.

Partager cet article

19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 03:51

– Dieu : Waouh, tu as vu comme ça brille en bas !

– Pierre : Alors on se calme, ce n’est pas pour toi, c’est pour le Père Noël, ce sont les décorations, ça commence de plus en plus tôt. À propos tu fais quoi pour les fêtes cette année ?

– Dieu: Année impaire, donc, on va chez la belle-famille.

– Pierre : Ben dis donc, cache ta joie !

– Dieu : C’est juste que je sais comment ça va se passer. Ils vont me demander des nouvelles d’en bas, genre « alors, ça y est, ils ont tout brûlé ? ». Tu vois, ils ont toujours pensé que je suis trop faible, mais toi, tu le sais bien, c’est plus compliqué que ça.

Partager cet article

18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 05:12

Par un curieux hasard, Girafe et Tortue étaient invitées au Festival du Court Métrage dans le Sud de l’île. Par un hasard moins curieux qu’inconséquent, Girafe était au premier rang et Tortue à l’avant-dernier. Tout le monde attendait le dernier film en compétition, Les Premiers seront les derniers, les derniers aussi, qui racontait l’histoire d’un spermatozoïde handicapé élevé par une famille de globules blancs.

Scénario audacieux quoique minimaliste, images sobres mais puissantes, dialogues allant à l’essentiel, interprétation sensible, intelligente et pudique… le public était transporté et pressentait fébrilement que la chute serait apothéotique.

C’est à ce moment précis que Marcellin Labrousse, installé au dernier rang à côté de son cousin Victoire Malèse (ils étaient venus à deux sur la mobylette de Marcellin dont la panne n’était pas due à la bougie mais au gicleur du carburateur qui était bouché ; il l’avait nettoyé – suivant les conseils de son ex beau-père – en le laissant tremper dans du jus citron en ébullition tout en évitant d’y mettre, bien entendu, les joints. C’est Mademoiselle Séraphine, la pharmacienne de la pharmacie Legros qui lui avait donné les places, elle les avait reçues de l’adjoint au maire, mais elle ne sortait jamais – au grand dam de l’adjoint – et avait pensé que c’aurait été bête de ne pas les utiliser), entendant sa mobylette démarrer, se leva et hurla « putain ma bécane ! ». Le public (votre serviteur y compris), se retourna agacé, commenta bruyamment l’événement et manqua la chute, dont on avait pressenti fébrilement qu’elle serait apothéotique.

Partager cet article

17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 03:16

Être excessif, si possible, et sans modération.

Partager cet article

16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 11:37

Bien naïf celui qui croit que l’imagination est le refuge de la singularité ; nos rêves et nos désirs sont produits en masse.

Partager cet article

15 novembre 2019 5 15 /11 /novembre /2019 03:26

Construire des cabanes, danser sous la lune, jouer à colin-maillard, effeuiller les marguerites… N’aurait-on pas perdu de vue l’essentiel ?

Partager cet article

14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 03:03

Le naufrage lent de ma soucoupe de tasse à café dans l’eau de vaisselle est élégant et prévisible mais me trouble pourtant.

Partager cet article

13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 03:58

Peut-on parler d'intelligence animale ? de sensibilité végétale ? Peut-être, mais ce qui est bien certain, c’est que le vivant a infiniment plus d’imagination que l’homme.

Partager cet article

12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 03:14

Un système électronique permet d’éviter que l’on oublie les enfants dans les voitures. C’est un progrès important. J’attends l’invention qui permettra d’éviter que l’on oublie où l’on s’est garé.

Partager cet article

11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 03:24

Girafe et Tortue l’aperçurent au même moment, avec le même effroi mais d’un point de vue différent, cet aileron de requin blanc qui fendait en deux les eaux paisibles du lagon bleu.

C’est au même moment aussi qu’elles virent un groupe d’enfants qui jouaient autour de leur petit bateau gonflable à gauche, et à droite un couple de touristes à la peau blanche et huilée (des Anglais peut-être, ou des Belges). Ensemble enfin, elles eurent des images horrifiques d’un lagon turquoise virant au carmin.

Elles savaient bien ne pas pouvoir compter sur Marcellin Labrousse qui avait emprunté une bicyclette à son cousin Victoire Malèse (sa mobylette était toujours en panne, probablement à cause de la bougie).

Inutile de compter sur Madame Restoin, la boulangère, qui habitait à 450 km de la première plage, ne connaissait ni Victoire, ni Marcellin, ignorait tout du requin blanc et ne serait donc d’aucun secours dans cette histoire.

Elles pensèrent alors prévenir Séraphine Déroulède, la pharmacienne (de la pharmacie Legros), qui saurait peut-être quelle conduite tenir.

Malheureusement, Girafe, qui avait un sens de l’orientation déplorable, se perdit pour finir sur le parking du Leclerc (celui de la zone industrielle, pas le petit du centre-ville) et Tortue, qui sans être lente n’était pas rapide, oublia en chemin ce qu’elle devait dire à Mademoiselle Séraphine et ressortit de la pharmacie avec un flacon d’huile d’amande douce.

 

Partager cet article

10 novembre 2019 7 10 /11 /novembre /2019 03:46

Le monde entier est un marché et tous les hommes et femmes sont des clients. Non ?

Partager cet article

9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 08:23

« Tu approches de l’arrivée, marcheur, mais il te faut apprendre encore que le but n’est pas la fin de ton voyage » : le sage dit.

« Le sommet n’est pas le sommet et la montagne est en toi » : le sage dit aussi.

Le marcheur baissa la tête, considéra l’ampoule à son pied gauche et un peu plus bas, beaucoup plus bas, ce petit point dans la vallée d’où il venait. Il comprit qu’il lui fallait maintenant redescendre.

« Passe-moi la boite de pansements » : le marcheur dit.

Partager cet article

8 novembre 2019 5 08 /11 /novembre /2019 03:40

Lève-toi et pense.

Partager cet article

7 novembre 2019 4 07 /11 /novembre /2019 08:41

Dictionnaire, ça commence comme dictateur et finit comme tortionnaire ou prisonnière ou réactionnaire ou disciplinaire.

Oui mais si l’on écoute bien, on entend aussi école buissonnière et imaginaire. Chaque mot est une histoire, une chanson. Chaque mot est un visage, qui rit parfois et parfois pleure, sérieux ou malicieux ; chaque mot est un voyage, qui vous emporte, et jamais là où vous souhaitiez aller.

Partager cet article

6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 09:06

Saisi pour une requête en antériorité, le juge du tribunal de commerce comprit vite la complexité du dossier. Il décida donc de trancher le litige en plouffant. Malheureusement, alors même qu’il marmonnait « bour et bour et rat... » il fut pris d’une violente quinte de toux qui l’emporta définitivement, malgré les soins énergiques et conjugués de la greffière et du premier substitut.

À ce jour, le dossier Poule vs Œuf est toujours en souffrance au tribunal.

Partager cet article