C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 01:29

Il y a pénurie de manques.

Partager cet article

5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 08:38

Le simple nous échappe.

Trop léger non, mais trop subtil pour nos outils.

Partager cet article

4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 01:31

Monter sur scène, être applaudi, ébloui et ne rien voir du spectacle ? Ou bien se tenir en retrait, privé d’égards, observer, écouter et comprendre l’histoire ?

(Notez que l’on peut aussi, dans l’ombre et le recul, ne rien entendre à rien.)

Partager cet article

3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 13:51

Les êtres humains, on l’aura remarqué, sont dépourvus de racines et il est bon qu’ils aillent et viennent, et volent et rêvent ; pour autant, ils ont des pieds et l’on devrait s’en souvenir. Gageons alors que « ça marcherait mieux ».

Partager cet article

2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 08:09

Les contrôles d’identité morale sont rares et l’on porte le masque, acquis dans quelque enfance oubliée, comme une seconde peau.

Partager cet article

1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 08:06

L’existence est un vagabondage balisé – minutieusement absurde.

Partager cet article

31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 17:04

Voilà donc très exactement le deux mille quatre-vingt-dix-neuvième « reste » que j’écris.

Et vous, toujours, qui me suivez.

J’en suis très sincèrement touché et je voulais saluer cette fidélité complice et attentionnée. Pour vous remercier, je me suis dit qu’un petit reste vous ferait plaisir.

Ainsi fait.

Partager cet article

30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 10:50

Le bel océan rouge, ce soir encore ce soir

Roule sans espoir

Indifférent à l’indifférence des amoureux

Noyés tous les deux

Au creux de leur désir.

Partager cet article

29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:34

C’était vraiment bien pensé ces trous dans le crâne pour y loger nos deux yeux : bonne hauteur, horizon dégagé, vision panoramique, orbite protectrice… Pourtant – voyez comme elle est ingrate, l’humaine créature, jamais satisfaite ! – j’aurais trouvé ingénieux que l’on en possède un aussi au bout du doigt. Oui, un œil au bout du doigt, disons l’index. Imaginez un peu les nouvelles perspectives, chacun choisissant à sa guise son terrain d’investigation.

Inutile de mentir, ainsi doigté, je serais d’abord allé muser sous les jupes des filles, mais finalement j’aurais eu le doigt, je crois, moins endoscopique qu’égoscopique, si je puis le dire ainsi, et j’aurais pris plaisir et intérêt surtout à me regarder regardant mais sans me voir, je veux dire me regarder du doigt sans regarder mon doigt des yeux. Ce qui est aujourd’hui impossible, et c’est fâcheux, car s’il est vrai que le regard est la fenêtre de l’âme on reste ainsi privé d’un spectacle profond et intense que l’on ne saurait compenser que très partiellement par la vision de notre genou.

Partager cet article

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 01:19

On nous annonce la séparation de Coq et Poule. Je transmets l’information.

(Bon, entre nous, le couple battait de l’aile depuis un moment et puis, pour ma part, et sans vouloir médire, je les ai toujours trouvés mal assortis - enfin, surtout elle.)

Partager cet article

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 01:25

Le néant est l’autre nom du tout : là où plus rien ne vient.

Partager cet article

26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 01:21

Tous ces livres qui s’accumulent et me cachent la scène.

Partager cet article

25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 02:56

Pour ne rien vous cacher, j’héberge une imposture.

Partager cet article

24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 13:05

Avant la sieste, il faut savoir s’inventer d’impossibles missions et autres Tibets inaccessibles auxquels la raison impose finalement que l’on renonce. On prévient alors et la crampe et la culpabilité.

Partager cet article

23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 16:47

L’informatique rentrera au musée des métiers d’antan – je prends les paris – avant la poésie.

Partager cet article

22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:51

On progresse, je ne sais, on prolifère, assurément.

Partager cet article

21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 02:37

− Moi (sans pompe mais conscient de la gravité de la situation) : Bonjour, je peux vous poser quelques questions ?

− Moi (disponible et bienveillant, quoique méfiant à l'égard des reflets grisonnants) : Oui.

− Moi (appliqué comme un élève de CP un jour de rentrée) : Vous écrivez chaque matin un petit reste − petit par la taille, cela va sans dire [rire discret et sans malveillance – disons, sourire complice (mais sans familiarité pour autant)] – mais vous avez probablement d’autres activités, cela vous prend-il beaucoup de temps ?

− Moi (soucieux – mais sans plus – d’être clair) : Oui, si je veux un reste court, c’est long. Parfois je n’ai pas le temps de l’accourcir, alors le reste reste long.

Partager cet article

20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 11:37

Elle tient parfois plus de la purée de pois cassés que de la salade composée la vie de couple.

Notez, par ailleurs, que si elle sait être légère et colorée, la salade ne se congèle pas. 

Partager cet article

19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 10:02

Comment faire comprendre aux faiseurs que l’on fait parfois plus en ne faisant parfaitement rien – en plus, et par le fait, on fait moins de bruit.

Partager cet article

18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 09:17

« Qu’importe le caleçon pourvu qu’on ait la fesse », proposa mon voisin, qui n’est ni poli ni poète.

« Il est évidemment hors de question que je fasse un reste de tes salauderies », lui mentis-je.

Partager cet article

17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 02:02

Il faut revenir aux choses souvent, les toucher, les sentir et les mettre à la bouche si l’on veut des mots goûteux.

Partager cet article

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 02:42

Qu’importe le Falcon pourvu qu’on ait l’hôtesse.

Partager cet article

15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 01:45

Certains aiment le soleil d’autres préfèrent l’ombre il y a ceux du matin vifs et affairés et ceux du soir plus lents et plus intimes il y a les gras et colorés et les épineux et secs ou juteux et gourmands certains sont rares et fragiles d’autres banals et coriaces il y a les mots d’intérieur les mots de jardin les mots pour la ville pour la chambre pour l’hiver les mots exotiques nostalgiques endémiques épidémiques il y a les mots du grand nord et ceux des îles bleues et puis les mots qui soignent ou qui tuent ou qui droguent ou qui réveillent pour le ventre le sommeil l’accueil la fête la mort les départs l’amour. Crétacé canicule valériane ou pampa citron vert zinzolin fricassée tétrapode salicorne gris foncé granulé dramaturge ermitage pomme de terre poisson-pierre pélican et licou et papangue doliprane ellébore doryphore filaos et rital plouc tank black soc fric musc et tek-tek…

Partager cet article

14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 02:09

– (Entre elles) : Eh, t’as vu le vieux en face, il est marrant, on dirait ton grand-père.

– (Entre eux) : Eh, t’as vu la petite en face, elle est mignonne, on dirait que je lui plais.

Partager cet article

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 02:59

La mer a ses errances, la pensée ses marées.

Partager cet article