Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°32 E 21°08 S.

Un Reste À Retrouver

21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 03:26

Au moins une chose nous aura été épargnée, c’est d’avoir à conduire la Terre. Certes, on aurait moins tourné en rond, mais on se serait sûrement perdus. C’est grand, quand même, l’univers et très mal éclairé.

Partager cet article

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 03:44

Je vous promets que je ne mens pas, hier, en fin d’après-midi, rue des Manguiers, j’ai croisé un sourire.

Partager cet article

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 03:20

Elle est curieuse cette société qui, sur un stade de foot, fait payer les spectateurs pourtant condamnés à la promiscuité et l’ennui quand elle rémunère les joueurs, les seuls à s’amuser et être admirés.

Partager cet article

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 03:17

Certains se demandent : du très bon rarement ou du médiocre très souvent ?

Ça c’est bien une question de nanti de l’écriture ; nous-autres diaristes, écrivains en batterie, n’avons pas même le loisir de l’interrogation, il nous faut pondre quotidiennement.

Partager cet article

17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 03:43

PAS DE RESTE AUJOURD’HUI

 

(Je suis à la Journée mondiale contre les Broncho-Pneumopathies Chroniques Obstructives.

Non que je manque de souffle mais la Journée mondiale des bloggeurs de restes quotidiens n’existe pas).

Partager cet article

16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 03:18

Alors aujourd’hui il y a eu le garagiste, il a fallu remplacer la sonde manométrique de pression d’huile, c’est important et pas très cher, 15,37 euros HT ; il y a eu le médecin et l’amoxicilline/acide clavulatinique, c’est pour soigner une laryngite ; il y a eu aussi le deuxième épisode de la saison trois de Homeland, je trouve l’intrigue un peu compliquée mais je regarde en anglais, et c’est bien parce que ça lisse un peu  ; il y a eu la tarte à la courgette safranée chez Tantine Mimose (là j’ai été déçu parce que c’était de la pâte brisée et pour moi la tarte à la courgette safranée, c’est avec de la pâte feuilletée) ; il y a eu le coup de téléphone de la conseillère fiscale de la Banque Postale (ce n’est pas bien mais je jouais à la Dame de pique pendant qu’elle parlait). Et puis plein d’autres choses encore.

Je suis désolé de vous livrer tout ça tel quel, je sens bien que ce n’est ni beau ni passionnant. Ah, si j’étais poète, je vous en aurais troussé un sonnet.

Partager cet article

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 03:25

Je ne suis pas mathématicien mais je ne serais pas étonné qu’il ait une loi de proportionnalité très exacte entre la diminution de la taille des croissants et la croissance de la taille des munitions.

Partager cet article

14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 03:06

La mesure, sans modération.

Partager cet article

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 03:03

Non, Messieurs les pilotes, aucun bateau n’a jamais été ivre.

(Et mon stylo, il est dyslexique peut-être ?)

Partager cet article

12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 03:45

Je sais pas laquelle est la plus menteuse, entre Mémoire et Imagination. En plus, c’est pas juste, elles sont jamais là et c’est toujours moi qui trinque, dit Réalité.

Partager cet article

11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 03:18

Alors vous avez la philosophie coupée gros, qui résiste un peu à la mastication et vous avez la philosophie molle, à base de concepts dénoyautés (pour celle-là, une cuiller fait l’affaire).

Partager cet article

10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 03:03

– Ouais ben tout ça c’est que des belles paroles, dit l’ingénieur.

– Merci, répondit sincèrement le philosophe, ému du compliment.

Partager cet article

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 03:03

Aimez-vous les uns les autres, disait-il (entre autres), et l’un dans l’autre, c’est un message qui en vaut un autre.

D’aucuns rétorqueront « hé ! à d’autres, aimer les uns d’accord, mais pas tous les autres et surtout pas l’autre avec sa tête de numéro un ».

Bon, on en a vu – et entendu – d’autres et l’intolérance, ça arrive aussi aux autres. Cela dit, s’aimer tous, les uns, les unes et les autres, c’est un idéal à nul autre pareil, chacun en conviendra ; en aimer un ou une seulement, déjà c’est pas rien comme dit l’autre, alors vivre les uns pour les autres, tous les uns et les unes pour tous et toutes les autres, c’est un projet fou, hein ? et rien d’autre.

Il nous reste à attendre un miracle (allons, voilà que je me prends pour l’autre).

Partager cet article

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 03:00

« Sortez du lot » dit la publicité, en 4x3, partout dans la ville.

Comme ils maîtrisent le paradoxe ces charmeurs !

Partager cet article

7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 03:00

Si tu te polis l’âme, arrête avant la chair.

Partager cet article

6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 02:08

Comme la taille des pantalons ou la couleur des voitures, les vices et les vertus suivent la mode.

Gentillesse et mesure sont moins tendance qu’arrogance et indignation.

Attendons la prochaine saison.

Partager cet article

5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 03:40

À d’autres, la vie apparaît plus comme un match de cricket.

Et ce n’est pas parce qu’on ne comprend rien que ça n’a pas de sens.

Partager cet article

4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 03:35

La vie est un match de football américain.

Deux petites différences : on ne sait pas toujours dans quelle équipe on joue et on ne porte pas de casque.

Partager cet article

3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 02:13

L’écriture post-contemporaine peut présenter quelques faiblesses au plan littéraire mais elle compense cela par une audacieuse avancée sociale, un partage des tâches en quelque sorte : l’écrivain s’occupe des mots, le lecteur du sens.

Partager cet article

2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 02:34

Ne buvez pas quand vous révisez votre latin ; en revanche, rien ne vous interdit de réviser votre latin quand vous buvez.

Partager cet article

1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 02:30

Et puis je sors, je souris, je parle du cyclone ou de Kierkegaard, j’achète le pain et des tomates ; je fais provision de monde.

Et puis je rentre.

Partager cet article

31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 02:32

Il était à l’évidence le meilleur avocat de la poésie et aurait pu convaincre, avec maestria et sincérité, le technocrate le plus rugueux, le marchand d’armes le plus obtus, le footballeur le plus ballot de l’importance de l’écriture (« la gravité jubilatoire de la trace », il aurait dit quelque chose comme ça).

Mais pourquoi fallait-il qu’il achève toujours sa plaidoirie par ce trait suicidaire : « écrivez mes amis, écrivez et ne gaspillez pas votre temps à lire » ?

Partager cet article

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 02:39

L’œuvre d’art est un chant, pas un cri.

C’est la mise en voix, mise en scène, mise en sens d’un désordre inquiet.

Partager cet article

29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 02:05

Pour le bus suivant, là c’est facile, faut savoir être patient

Pour le vers suivant – salut Cécile ! – faut le bon coefficient

L’horaire des cars

L’erreur de carres

L’horreur d’Oscar

Et le manoir d’Édouard à Saint-Rémy-sur-Loir

Faut un bon dico, quelques quiproquos, un Château Margaux

(ou un petit Merlot – Ah ça non, pas du Pernod !)

Ça vaut pas Éluard, pas Beauvoir, pas Godard

C’est le poème Tupperware des pochards du wagon-bar

C’est fastoche et sympatoche même sans Macintosh

Une taloche aux aristoches, la pétoche à la belle-doche.

Partager cet article

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 02:58

C’est curieux qu’ils me voient toujours en homme, dit Dieu (d’ailleurs moins étonnée que très vexée).

Partager cet article