C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 03:39

Et rendre hommage à ce qui est
et provoquer ce qui peut être.

Partager cet article

28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 04:17

Mozart (xviiie) serait – dit-on – un E.I.P. ; il n’est pourtant que Bach plus un (xviie).

P.S. Pour les incultes parents de cancres un EIP est un enfant à intelligence précoce.

Partager cet article

27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 06:00

Bonne nouvelle : les auteurs de best-sellers sont souvent – on le sait bien – de médiocres écrivains.
Mauvaise nouvelle : les auteurs de « chefs-d’œuvre » inconnus – on le sait moins – aussi.

Partager cet article

26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 06:08

La liberté se nourrit d’impatiences ; repue, elle s'assoupit.

Partager cet article

25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 06:03

 LOUIS-GONZAGUE (un projet de sourire quasi imperceptible au coin des yeux pouvant laisser croire qu’il médite) : Dis donc Monsieur le poëte, tu as pensé à remplir ta déclaration de revenus ?

– NAN (pris en traître, un peu avant l’heure d’être zen et bien après celle d’être cool) : Humour minable, inculture barbare, indigence pitoyable ?, j'hésite, tu es chétif et optionnel.

– L.-G. (étanche, persévérant dans son généreux amour désintéressé de l’homme) : Ni l’un ni l’autre, je te provoque, c’est une technique qui vient d’Orient, c’est pour te faire gagner en sérénité, en abnégation, en magnanimité, en force tranquille et en quiétude forte.

– NAN (décidément peu amène en ce beau lundi matin) : ne touche pas à ma bassesse molle, oublie mon étroitesse fébrile, et puisque tu te piques de prendre soin de nos âmes, va plutôt acheter le disque du chant des cachalots joyeux après le coït, écoute le, ça détend et rend meilleur, c’est écrit sur la pochette.

Partager cet article

24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 06:51

Génie insoupçonné du Code de la route qui dit qu’un sens unique est aussi – mais dans l’autre sens – un sens interdit.
Il est tristement curieux de constater que l’Un, dont on attendrait logiquement qu’il soit stérile, ait été si fécond en horreurs et engendré autant de guerres.

Partager cet article

23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 04:41
Dieu, c’est indéniable, rencontre un succès franc et durable.
Il est vrai que nous sommes friands, nous les hommes, de ces mots nobles à majuscule qui saturent la bouche et bouchent l’horizon : la Vérité, la Liberté, l’Histoire, l’Homme (avec un grand H, dit-on alors, fiers et graves).
Sans doute s’imagine-t-on qu’à les prononcer seulement, ces mots, par un improbable processus de transfert, on gagne un peu de leur grandeur solennelle et imposante.

Partager cet article

22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 06:11

J’écris tous les matins comme d’autres font leur lit.
Bien sûr, rien n’oblige à cette hygiène quotidienne, vaine peut-être, désuète sans doute, présomptueuse assurément ; mais jamais on ne me fera croire qu’il est préférable de se taire.
On peut trier, parler court, mais aucun silence n’est œuvre.

Partager cet article

21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 06:33

<?no(code(dress(HTML$$><lg=chin;ù%%><art??unknown>@a$topos$>
<§§ab-:[%µ£sur-:]>~dus&!}}><39°2.php><target=open!!!>
<##injustify##><ùkantù?erbro=%%>
http://ifsupport!!!gotoh[tt]pdirect@<end=redfish+tale>}?{¤?

Partager cet article

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 06:15

La littérature n’a pas vocation à rassurer ; nous avons déjà pour cela AXA, numéro 1 mondial, Louis Bozon sur France Inter et les romans de Marc Levy.

Partager cet article

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 06:01

Étranger au calcul
inapte à la mesure
ton joli sourire

Partager cet article

18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 06:16

Sans cesse je m’interroge et ressasse, inlassablement : est-ce que la mer descend d’abord, aventurière audacieuse et curieuse, pour ensuite, nostalgique ou penaude, remonter, ou bien à l’inverse, monte-t-elle d’abord, terrienne sociable et timorée, pour ensuite, déçue ou blasée, redescendre ?

Partager cet article

17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 06:13

des mots infidèles pour des pensées pérégrines pour des chants enivrés pour des oreilles incertaines

Partager cet article

16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 06:26

Quelque chose demeure encore peut-être – ou peut-être pas – qui se tient et se contient, souterrain à peine, à la patience sans fatigue, endormi dans quelque geste sûr, tapi au creux des mots, quelque chose demeure encore peut-être, plus puissant que l’atome, qui attend, plus lent que le temps, plus simple qu’un sourire, plus juste qu’un matin, encore peut-être – ou peut-être pas – quelque chose se retient qui viendra, sans effraction, comme un vent apaisé.

Partager cet article

15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 06:24

Le xxie siècle sera moins ou ne sera pas.

Partager cet article

14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 06:18

Je suis un provincial, un périphérique, un frontalier, j’aime les seuils et les lisières et les retraits ou les passages. Mauvais géographe, désorienté congénital, je transgresse et délire et me perds le plus souvent possible, ici quand je devrais être là, en minuscules quand on attend les formes, j’applaudis l’instable qui sait éviter le piège et le confort de l’identité, je ris avec l’impudent qui exhibe - quelle honte ! - nos fondements indécents, je salue le nomade, fidèle à ce qui vient, qui écrit léger et gaspille ses pensées, et j’admire les héros, fragiles et inquiets, toujours en avance sur leurs certitudes, qui évident et invitent, et ouvrent et appellent.

Partager cet article

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 06:16

Il faut quelque talent pour savoir vous surprendre ; mais il faut du génie pour être imprévisible.

Partager cet article

12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 06:13

- Louis-Gonzague (sincèrement dubitatif, tangentiellement énigmatique quoique délibérément bienveillant) : quand même, Nan… !

- Nan (tenu éveillé par une lancinante et infatigable suspicion à l’endroit de ce que d’aucuns nomment, à tort ou à raison – telle est d’ailleurs la question –, son irresponsable désinvolture) : tu as raison Elgé, l’écriture est toujours, en un sens, un retrait ou un abandon ou un mépris, alors ne parlons pas du minimalisme absurde ou de la fiction métaphysique…

- Eux (exclamatifs quoique monochromes et lestés d’obèses certitudes) : ah ! enfin un peu de lucidité !! un peu de maturité !!! Vous y pensez, vous, à tous ces enfants qui meurent de faim !!!!

Partager cet article

11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 06:04

Comment être sûr qu’elle ne cache pas un universel et attendrissant souci du monde, une inquiétude maternelle de chaque instant et pour chacun,  l’hyperactivité grotesque et stroboscopique de la poule.

Partager cet article

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 06:02
Certains ont le culte de la trace et la signature dilatée.
D’autres se terrent et se taisent, insignes et désœuvrés.
Rares sont ceux qui œuvrent et qui chantent sans réclamer jamais de droits d’auteur.

Partager cet article

9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 06:58

L’homme a un avenir parce qu’il n’a pas de destin.

 

Partager cet article

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 06:57

C’est bien d’être célèbre, encore faut-il le faire savoir.

Partager cet article

7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 06:23

Si N. S. installe un groupe de réflexion sur « la croissance de la liberté », et s’il cherche un président pour driver cette commission, dites-lui que je suis prêt – juste le temps de m’acheter une chemise col MacDo.

Partager cet article

6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 06:55

1. L’âge ingrat de l’insouciance.
2. L’âge aigri des renoncements.
3. L’âge hagard de l’incontinence.

Partager cet article

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 06:26

Mes éminents et très érudits collègues de la faculté libre de théologie me pressent : « fais-nous rire » ; mes e-visiteurs, incultes, impies mais désireux de faire mieux, m’adjurent : « fais-nous lire » ; mes jeunes voisines me supplient : « fais-nous rêver » ; mon éditeur m’exhorte : « sois plus cruel » ; ma conscience me taraude « sois plus indulgent » ; « sois moins cynique » ; « plus de tendresse » ; « un peu d’humanisme » ; « de la lucidité » ; « de la métaphysique » ; « du sens » ; « absurde »… ah ! la vie d’un grand blogueur mégalo est follement animée.
Néanmoins, merci à tous, je vous ai entendus et travaillerai à vous satisfaire, je suis le blogueur de tous les Français et pas seulement de ceux – assez rares, au demeurant – qui ont voté pour moi.

Partager cet article