C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 03:55

Les souvenirs aux avares et les rêves aux sauvages.

Quant à nous, qu’allons-nous faire ?

Partager cet article

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 03:21

N’est pas léger qui veut.

N’est pas velu qui gèle

N’est pas Lulu Gisèle

Partager cet article

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 03:00

Pourquoi les choses prennent-elles tant d’importance, au-dedans, alors qu’elles ne sont pas même insignifiantes ?

Partager cet article

30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 08:48

Mon corps m’entrave et me largue loin de toute tempête, sans écume ni pirates, tel un veilleur consigné, tel un centre immobile.

Partager cet article

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 03:41

Bescherelle t’a tuer

Partager cet article

28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 03:00

La vie sans répit

La mort sans remords

Le café sans sucre

Partager cet article

27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 03:09

« Sois un bon vendeur, oublie l’inventaire de ton stock et l’aménagement de ta vitrine », me dit Robert Lin Tsi, alors que nous passions le 32 de la rue de Rennes.

Cela n’alla pas sans m’intriguer pour ce que, depuis toujours et sans réciproque pourtant, le commerce m’avait en horreur. Comme je m’essayais vainement à transposer son dit dans mon univers existentialo-professionnel, il ajouta, achevant de m’enténébrer : « le ticket de caisse n’est pas un sujet de rédaction ».

Partager cet article

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 08:54

Suis ton idéal de près : de derrière, rien ne fascine longtemps.

Partager cet article

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 03:11

Ils étaient là, innocents et distraits, quasi transparents, visages neutres et faibles qui ne séduisent ni n’inquiètent, agents dormants et pourtant, toujours les premiers dans la queue quand le pain était cuit.

Partager cet article

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:25

Amour : courant alternatif triphasé.

Le triphasage permet de ralentir l’entropie tendancielle du biphasage.

Le monophasé existe en courant continu mais produit peu d’énergie.

 

Partager cet article

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 03:14

L’attente, comme une espérance laïque.

Partager cet article

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 11:31

La vie est comme un tir à la corde truqué.

D’un côté la pourriture, la décadence, la déchéance, la dégénérescence, la déliquescence, la décrépitude, la sénescence, l’agonie, le déclin, la dégradation, la rouille, la digestion, l’usure, la défécation, l’érosion, la fuite, le raidissement, le dysfonctionnement, la retraite, l’abandon, la morbidesse et la flaccidité (plus quelques vieux tricheurs, sans force mais gros et lourds)

De l’autre la poésie, l’humour et les baisers perdus.

Partager cet article

21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 12:23

Suspecte et reprends

Partager cet article

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 03:49

Respecte et surprends.

Partager cet article

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 03:58

Préserver l’étrangeté de l’étranger.

Non pas pour le repérer mieux et l’exclure ou le parquer, mais pour maintenir un haut degré d’attention bienveillante que son statut d’hôte − et la fragilité que cela signifie − impose.

Partager cet article

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:57

Philosophie. Ça a l’air intéressant.

Dommage, le mode d’emploi est en grec.

Partager cet article

17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 14:37

Une carte bleu de méthylène

Un mariage blanc de céruse

Un travail au noir de carbone

La vie en rose dragée

Partager cet article

16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 12:18

La mer est calme ce matin, il fait doux et sec. Le boulanger est déjà remonté se coucher. Je vais leur lire le paragraphe 32 de Sein und Zeit. Ils vont adorer.

Partager cet article

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 08:41

Approximatif et paresseux, le monde perd ses accents.

Partager cet article

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 22:30

Mou et collant comme un dimanche soir.

Partager cet article

13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 13:25

Ne présume

Ne préjuge

Offre.

Partager cet article

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 12:55

Si seulement l’on pouvait un instant soulever le voile des mots, on assisterait alors à un spectacle pitoyable, bruyant et insensé et l’on en reviendrait tous, sinon poètes, au moins admiratifs et respectueux de cette admirable mise en scène qu’est le langage.

Partager cet article

11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 17:36

Hésitant, sur le littoral du devenir, entre l’absence de l'autre et la violence du même.

Partager cet article

10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 19:09

Et si on reprenait tout à zéro.

Un little bang, modeste et fraternel.

Partager cet article

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 12:37

Poèmes : prières laïques.

Partager cet article