Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°32 E 21°08 S.

Un Reste À Retrouver

  • Chi va piano (30/04/2019)
    – Pff ! qu’est-ce que c’est long l’éternité, se lamentait Dieu, et voilà qu’en plus, leur dernière trouvaille, en bas, c’est la lenteur : slow food, slow fashion, slow marketing, slow medecine… Ils vont finir par m’achever.
  • Géométrie du désir (29/04/2019)
    Lune aime Terre qui n’aime que Soleil qui n’aime que lui-même. Inutile de se plonger dans Sophocle, Freud ou Girard pour comprendre l’économie du désir, il suffit de lever les yeux.
  • Bien tassé (28/04/2019)
    Bizarre, plus on vieillit, plus on se tasse et pourtant, plus la terre semble basse !
  • L’homme et la poule (27/04/2019)
    Et si une bonne partie de nos malheurs venait de ce que l’on ne peut plus satisfaire nos besoins primaires. Comment satisfaire par exemple, dans un monde bitumé, bétonné et plastifié, ce besoin de gratter le sol et de prendre des bains de terre que l’on...
  • Zzz (26/04/2019)
    La sagesse, c’est quand tu fais la sieste sans scrupules.
  • Il est trop (25/04/2019)
    On sous-estime l’inimportance de l’humanité.
  • Si J’existais (24/04/2019)
    Si J’existais, pouvant tout, sachant tout, voyant tout, bien sûr que J’empêcherais les attentats terroristes, les viols et les violences, les abus de pouvoir, évidemment que Je protègerais les faibles et les pauvres, les mendiants et les orphelins, que...
  • Les fils du texte (23/04/2019)
    Dans la langue, le sens voile les signes ; en musique, les signes arrachent le voile du sens. Quelques poètes parviennent à montrer les motifs du tissu tout en laissant la trame apparente.
  • À dada sur mon bidet (22/04/2019)
    Hier, je suis allé dans un écomusée régional. J’y ai vu un bidet, une bouillote, un passe-montagne, un solex, un mange-disque, un 45 tours de Françoise Hardy, plusieurs numéros de Tout l’Univers et de Pilote, un tricotin, un scoubidou, une boite de pastilles...
  • Quand est-ce qu’on arrive ? (21/04/2019)
    Nos pieds – plus héraclitéens qu’on ne le croit – le savent bien : on n’emprunte jamais deux fois le même chemin.
  • La fin justifie-t-elle le début ? (20/04/2019)
    « La vieille au fichu noir finit par mourir, un matin de novembre. Elle emporta dans sa tombe le mystère de la bougie allumée tous les mercredis soir après minuit qui annonçait, immanquablement, le bal des ombres et le concert de miaulements déchirants....
  • Le goût de la peau, la cathédrale, le moustique et le crayon (19/04/2019)
    Ma peau aurait-elle le goût et la texture du crayon de papier mâchonné ou le moustique serait-il un crétin ? J’en observe un depuis un bon moment qui s’acharne à piquer mon crayon. (J’aurais dû sans doute parler plutôt de Notre-Dame, mais je n’ai rien...
  • Relativité généralement théorique (18/04/2019)
    – Dérisoire et frigide caillou tout juste bon à tourner en rond. Et toi, ombre minuscule d’une ombre ridicule. Que seriez-vous sans moi, hein ? La nuit sans matin, le noir sans lendemain. Terre, Lune, admirez et louez votre Soleil ! – Attends un peu que...
  • Objets inanimés avez-vous donc une voix… (17/04/2019)
    – Les mots (non sans malice) : La parole est aux choses. – Les choses (pensant bien fort qu’elles se vengeraient de ce coup bas) : …
  • Des lettres et des chiffres (16/04/2019)
    Nous dirons, pour faciliter les calculs, qu’un Reste contient en moyenne 12 mots (bon, celui-ci en compte 98). Donc, un Reste par jour, ça fait 12 mots par 24 heures, soit ½ mot par heure. Posons qu’un mot contient en moyenne six lettres (oui, je sais,...
  • Coaching urbanistique (15/04/2019)
    – Suis ton instinct et fonce, conseilla, arrogante et perverse, Avenue Haussmann à Impasse du four à chaux. (Avenue et Impasse n’étaient pas amies, voisines seulement, par le fait du hasard et des bulldozers.)
  • Au commencement était la tendresse (14/04/2019)
    « La tendresse pastorale du rebelle à la mèche rouge émut secrètement l’amant clandestin du cracheur de feu aux mains opalines. » Voilà un bien bel incipit, terrible et fécond, qui annonce un roman qui bouscule. Hou ! j’en frémis d’impatience… je me demande...
  • Météo des idées (13/04/2019)
    Je me demande si l’intérieur du cerveau ne ressemble pas à un ciel ennuagé. Je pense à la genèse et l’évolution des idées qui naissent imprévisiblement de l’association instable de molécules de sens, association qui se fige un instant, se transforme,...
  • Et tout d’un coup le souvenir (12/04/2019)
    Quand Jean-Pierre ouvrit sa Recherche, tout d’un coup le souvenir lui apparut : le petit pétard que le vendredi après-midi il fumait avec Géraldine, dans les toilettes de la Sorbonne.
  • Ni vu ni connu (11/04/2019)
    Certes, nous sommes bruyants et restons éclairés toute le nuit, pour autant il n’est pas certain, compte tenu de notre ridicule petitesse au regard de l’infini de l’univers, que dieu lui-même, s’il se trouvait qu’il existât, nous ait repérés.
  • Chut ! (10/04/2019)
    Rester muet Haïku hé ! Zut, raté !
  • Rien à faire (09/04/2019)
    Les projets maintiennent en vie, dit-on. Je ne sais ? Je n’aime rien tant que de constater dans mon agenda, le matin au réveil, que je n’ai rien à faire. Cela décuple mon énergie, libère mon imagination et donne lieu, le plus souvent, à des journées joyeuses...
  • Juju (08/04/2019)
    Malgré la surprise, je suis parvenu à cacher mon émotion et j’ai fait mine de ne rien voir, amicalement complice : je suis dans les vestiaires de la piscine municipale, assis à côté de Julien Sorel. C’est écrit sur sa carte d’abonnement.
  • Devoir de mémoire (07/04/2019)
    Et n’oublie jamais d’où tu viens, dit Mortadelle à Salami, avec son bel accent lombard.
  • Accroche tes pinces (06/04/2019)
    Il se dit – je n’ai pas vérifié et ne sais qu’en penser – que lors des mariages, chez les crabes, on ne danse pas la chenille.