Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO S.
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Un Reste À Retrouver

14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 02:38

Au jardin du Carrousel, elle fit un tour complet sur elle-même, le bras tendu.

« Musée Aristide Maillol à ciel ouvert, bienvenu. Dix-huit statues de bronze. Tu connais Renaud ? À quoi elle ressemble ta gonzesse ? Moi, c’est La Rivière. » Nora et ses fulgurances. Il fallait que je m’habitue, moi qui étais plutôt coutumier de la lecture lente dans l’ambiance feutrée des bibliothèques et des promenades en rêveur solitaire, je devais apprendre le bouillonnement d’idées, le mélange des genres, la pensée proliférante et l’hyperactivité.

« La Rivière, ça lui va bien comme titre à cette sculpture. C’est drôle, regarde-la bien, à la fois elle est complètement rentrée, elle est seule avec elle-même et n’a besoin de personne et en même temps, elle est ouverte, offerte. »

« C’est vrai, elle s’abandonne sans se perdre. » J’étais assez content de mon petit mot à moi. Nora me sourit et continua la visite guidée.

« La Rivière, en fait, c’est Dina, le dernier modèle de Maillol. C’était une juive russe immigrée ; Maillol l’a choisie comme modèle parce qu’elle ressemblait déjà à ses sculptures ! Trop fort, c’est le modèle qui ressemble aux sculptures, avant de poser ! Là, elle a vingt ans quand elle pose. Mais attends, ce ne sera pas seulement un modèle, pendant la guerre elle sera une résistante active ; elle fera passer des Juifs et des antifascistes en Espagne à partir de Banyuls où Maillol avait une maison. La robe rouge. C’est comme ça qu’on la reconnaissait : les clandestins arrivaient à la gare de Banyuls et devaient suivre une robe rouge qui leur faisait traverser la frontière en passant par un sentier de contrebandiers, le tout à distance et sans se parler. J’aime beaucoup cette femme. C’est beau une robe rouge, et ça peut te faire franchir des montagnes. Si tu veux, un jour, on ira à Banyuls, je ne connais pas, et on passera en Espagne par le sentier de Dina. » Nora venait d’ouvrir la liste de ce que l’on aurait à faire.

« Rouge, c’est ma couleur, je suis toujours habillée en rouge. » Nora portait un pantalon noir, un manteau noir, des bottes noires et un bonnet jaune. Elle ouvrit son manteau pour laisser apparaître un pull rouge. « En fait, j’ai trois couleurs. Je te dis ça au cas où tu aurais envie de m’offrir une voiture, ne te trompe pas de coloris. Le rouge, le jaune et le noir. Et presque toujours, je les marie deux par deux. Le noir, c’est pour "ni dieu ni maître", évidemment. Tu connais Blanqui ? Tiens, viens voir ! »

« Elle, c’est L’Action enchaînée, Maillol ne connaissait pas encore Dina quand il l’a sculptée, dommage, j’aime trop ses fesses. Maillol l’a sculptée en hommage à Auguste Blanqui, Blanqui l’enfermé. Je ne sais pas qui il avait comme modèle à l’époque, mais j’aime l’idée de rendre hommage à un révolutionnaire en sculptant une femme nue, prête à se libérer de ses chaînes. Je crois vraiment que c’est comme ça que toute révolution commence, en libérant une femme. Cette sculpture a une drôle d’histoire. Là, c’est une réplique, le bronze original a d’abord été exposé dans le village natal de Blanqui, près de Nice, devant l’église. Alors très vite, ça a scandalisé les bons chrétiens ; les curés faisaient un détour pour ne pas la voir, certains l’ont même rhabillée. Puis elle a finalement été déplacée et remplacée par un monument aux morts qui devait plaire davantage aux puritains du coin, elle a fini sur une petite place du village, je ne sais où. »

« Si tu veux, on passera par Nice quand on ira à Banyuls, à la recherche de L’Action enchaînée. » Déjà, je nous imaginais faisant le tour de France.

« D’accord, alors ce sera toi le guide, je suis nulle en géographie et en plus je ne sais pas conduire. » Nora ne regardait pas le monde passivement, elle le redessinait. En caressant la sculpture de bronze, elle se mit à chantonner. « "Ma gonzesse, celle que j’suis avec, ma princesse, celle que j’suis son mec", c’est dans son troisième 33 tours, mais ce n’est pas ma préférée, "et puis elle est balancée un peu comme un Maillol, tu sais bien les statues du jardin des Tuileries qui, hiver comme été, exhibent leurs guibolles et se gèlent le cul, et le reste aussi." Tu aimes Renaud ? Je te ferai écouter, Ravachol et Hexagone : "Être né sous l’signe de l’hexagone, c’est vraiment pas une sinécure, et le roi des cons, sur son trône, il est français, ça j’en suis sûr." Tu vas voyager loin avec Renaud. »

Partager cet article

commentaires