Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°32 E 21°08 S.

Un Reste À Retrouver

9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 02:59

« Charles-Marie ne se fit pas prier et continua en la pénétrant un peu plus profondément. Yvonne pressentait que quelque chose allait se passer mais elle ne savait pas quoi, elle frémissait de partout, son cœur battait à toute vitesse, ça tapait dans sa tête, son ventre allait exploser ou quelque chose comme ça, et toujours ce bien-être incroyable dans son sexe, mais quelle chaleur ! comment une chose pareille était-elle possible, et puis et puis, elle éprouva comme une vague de plaisir qui monta, monta, monta jusqu’à la pointe de ses cheveux et redescendit pour remonter encore une fois et là, il faisait si chaud, il n’y a plus de mots pour décrire, elle sentit une véritable explosion de plaisir qui la transperça, la traversa de part en part, la renversa, la submergea, l’anéantit et continua de résonner longtemps, longtemps, longtemps encore. C’était son premier orgasme. Que s’était-il passé ? Il était trop tôt pour analyser, pour penser, elle était encore tout entière à son plaisir, elle n’était plus qu’un corps qui jouit. »

« Charles-Marie lui avait mis la main sur la bouche pour étouffer un peu ses cris. Alors, il se retira et prit lui-même son sexe, il le branla un peu plus vite, un peu plus fort, puis accéléra progressivement pour finir par s’agiter violemment comme un beau diable ; il grimaçait, gigotait, haletait, la bouche grande ouverte comme les coureurs, plus vite, à bout de souffle. Yvonne encore un peu perdue dans les brumes de son plaisir le regardait faire en souriant bêtement. Soudain, elle le vit cracher à bonne distance son liquide blanchâtre. Charles-Marie ne put alors retenir un râle grave et puissant qui les surprit tous les deux. »

« "Ben crénom de diou, qui c’est qu’est là ? Charles-Marie, c’est-y toi ?" Les deux jeunes amants se reculottèrent rapidement et s’enfuirent sans regarder derrière eux. Yvonne entraîna Charles-Marie vers la Seille, "viens on va se remettre un peu", "pas par-là, y’a la mère Lucienne et l’Odette". »

« Inutile de préciser qu’Yvonne a dû y retourner au fond de l’atelier. C’est là que Ti Paul fut certainement conçu en août ou septembre 1909. »

 

Dans son cahier noir, Émile aurait écrit : « Yvonne habitait avec Odette et souvent elle apportait le manger à Gustave et Charles-Marie dans la cordonnerie. Des fois Gustave était pas là. » Voilà ce qui permettrait à Nora de déduire la date, le lieu de la conception de Ti Paul et le nom du père ! Je n’ai rien trouvé dans le dossier jaune qui pourrait nous mettre sur la piste d’une autre paternité, néanmoins, je jugeais cette déduction injustifiée. Charles-Marie, le père de Ti Paul ?

Avouez que la situation devenait pour le moins complexe si l’on mettait bout à bout tous les « scénarios évidents » de Nora. Ti Paul, le fils d’Yvonne, aurait été conçu avec Charles-Marie, le futur mari (et demi-frère) d’Odette, sa cousine (et demi-sœur), lui-même (Charles-Marie) étant son demi-frère à elle (Yvonne) ! Cela constituerait aussi, le deuxième inceste de cette histoire. Ça faisait beaucoup ; ça faisait trop. Je ne pouvais m'empêcher de penser que Nora avait tout inventé, mais même dans un roman, ça ne passerait pas.

Partager cet article

commentaires