C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 02:44

Se mettre à la place de l’autre, voilà bien une expérience définitivement impossible. Occuper son fauteuil, son métier, oui, coucher avec son conjoint ou sortir son chien, cela peut se faire et se fait mais se mettre à sa place, non. Il faudrait pour cela que le moi puisse laisser une enveloppe vide, un moi creux qu’il aurait évacué et qui, tout en étant encore moi, laisserait à l’autre la possibilité de s’y glisser. Impossible. (Et je ne demande même pas si l'autre aurait à se défaire de son propre moi, avant d'entrer, afin d'éviter le parasitage de perceptions). Définitivement impossible.

Bon. Rien n’interdit néanmoins de se parler un peu ou de boire un verre ensemble.

Partager cet article

commentaires

philo sophie 14/10/2016 15:18

EMPATHIE

NOUS RESSENTONS LES HOMMES, SI TANT EST QUE L ON VEUILLE SE METTRE A LA PLACE D AUTRES HOMMES. NOUS RESSENTONS LEURS JOIES ET SOUFFRANCES, QUE L ON PARTAGE AVEC JOIE OU PEINE. A CE MOMENT Là, ON "EST" UN PEU, BEAUCOUP, LES AUTRES ... MAIS LE MOT EMPATHIE NE VEUT RIEN DIRE POUR GRAND NOMBRE D HOMMES. DOMMAGE.
PEACE AND LOVE ... EVER ... ANYWHERE ...